Bloody Weekend 2016: le Village Fantastique

Le festival Bloody Weekend accueille chaque année de nombreux exposants, qui par leur présence apporte une âme à cet événement. En effet, le festival ne se résume pas à des projections, ni à sa compétition internationale du court-métrage, mais se positionne bel et bien en centre névralgique du cinéma de genre en France. L’art, la passion, la folie parfois, tout se mélange ici pour faire vivre un moment inoubliable à tous les festivaliers présents. Et cette septième édition du festival n’a pas fini de faire parler d’elle…

Bloody Weekend

L’Art comme porte d’entrée au Bloody Weekend

De nombreux artistes répondent présent chaque année pour le festival Bloody Weekend d’Audincourt. Attirés par une réputation, par une ambiance, ces artistes venus des quatre coins du pays aiment à se réunir chaque mois de mai dans le Pays de Montbéliard pour découvrir et être découvert. Le festival est en effet une formidable vitrine de la population d’artistes qu’abrite notre pays. Le contact avec les festivaliers, les échanges entre artistes et la bénédiction des professionnels de cinéma, ces jours de festival sont un moment unique de partage entre fans, et un moyen également de vendre le fruit de leur travail. Lors de notre visite au village fantastique, nous avons eu l’occasion de faire la connaissance de talents que nous souhaitons revoir dans les prochaines éditions, tant leur disponibilité et leur gentillesse ont encore une fois transcendé le festival. Nous avons eu le plaisir d’admirer le stand de l’association Nana’Z Productions avec la présence de Madgad, artiste graphique aux multiples talents, le stand du collectif El Enfoiro Produktion et leurs œuvres éclectiques et décalées, les boutiques Legend Icon et Gazoline Shop spécialisées dans les vêtements et goodies sur le thème du cinéma, mais également de plus modestes artistes dont la qualité des œuvres a attiré notre attention. La Sorcière Culottée, artiste créatrice de magnifiques bijoux made in Alsace, Christophe Bret de BSFX, et bien d’autres encore…

Le DvD, produit phare du festival Bloody Weekend

Bien entendu, le DvD est un produit qui chaque année représente une part importante des transactions faites lors du Bloody Weekend. Et ce produit se décline dans tous les genres, et pour toutes les bourses. C’est LE souvenir que beaucoup souhaitent acquérir. Et c’est lors de ce type d’événements que les fans pourront mettre la main sur des œuvres rares, des coffrets collectors, et des ovnis du cinéma de genre. Car tout, ou presque trouve preneur lors du festival Bloody Weekend. Il faut dire que les représentants du genre ne sont pas des noms inconnus: L’équipe de Uncut Movies, éditeur vidéo français spécialisé dans le cinéma d’horreur et gore en version non censurée, qui réhabilite régulièrement les œuvres les plus controversées du cinéma de genre, le collectif Le Chat qui Fume qui proposait des petites perles sur leur stand ou encore Zeno Pictures, distributeur culte au Benelux (qui est le distributeur exclusif d’un magnifique coffret de A Serbian Film sur lequel j’ai jeté mon dévolu…). Bref, de quoi ravir les plus exigeants.

Bloody Weekend

La diversité au cœur de l’horreur

Mais vous l’aurez compris, il est impossible de résumer brièvement ce village fantastique tant la diversité au festival Bloody Weekend y est omniprésente. La littérature n’était pas en reste lors du festival, avec la présence d’auteurs comme Manuel Bayeux, romancier boulonnais spécialisé dans les récits noirs de tueurs en série, ou encore Gildas Jaffrenou, écrivain, scénariste et professeur en cinéma qui a du reste proposé une passionnante conférence intitulée Gore, dissection d’un genre lors de cette septième édition du festival. Des éditeurs de renom nous ont également fait la surprise de leur présence, comme La Clef d’Argent et leurs récits imaginaires tous plus passionnants. Le marché de l’affiche de films est une autre facette de ce village fantastique, car cet objet prend au fil des années une place importante dans le choix des fans qui souhaitent investir dans des objets collectors. Ainsi, l’équipe de Mauvais Genres proposait sur son stand des pièces d’une rareté absolue: entre photos d’exploitation et affiches originales, le choix était vaste et ardu pour le chineur d’un jour. Et nombreux sont ceux qui ont laissé échapper un doux gémissement à la vue de script originaux comme celui de The Thing de John Carpenter, vendu un peu plus de 900€ ou encore celui de Rencontre du Troisième Type dépassant la barre du millier d’euros. De quoi faire tourner les têtes. Car le festival Bloody Weekend distille ce genre d’émotions: Des instants inoubliables entre amis…

Crédits Photos: photos réalisées par Le Druide

Liste complète des exposants: http://www.bloodyweekend.fr/index.php/village-fantastique

Plus d’infos sur: http://www.bloodyweekend.fr/