logo-site

(Festival Mauvais Genre) Delivery (Note : 7/10)

Réalisateur : Brian Netto

Acteurs : Laurel Vail, Danny Barclay, Rob Cobuzio …

Nationalité : Américain

Genre : Horreur, Thriller

Synopsis :

Kyle et Rachel, un jeune couple sur le point d’avoir un enfant, sont filmés au quotidien pour les besoin d’une émission de télé-réalité…

Critique

Deuxième jour du festival. Au Cœur de l’Horreur a décidé de s’attarder sur Delivery, un petit film indépendant comme on les aime. Voilà encore un choix de film qui se démarque par sa singularité. Gary Constant nous le présente comme si Roman Polanski avait tourné Rosemary’s Baby en Found Footage. Il nous informe tout de même qu’il ne s’agit pas d’un énième Paranormal Activity et que Delivery ne nous laissera pas indifférent. L’ambiance promet d’être dérangeante, et avant de commencer, Gary s’assure qu’il n’ y a pas de femmes enceintes dans la salle. Le ton est donné.

Une si belle promesse me laissait dubitative. Ravale ta salive ma petite Sadako, car d’emblée le film est surprenant. L’histoire est celle d’un couple, Rachel et Kyle, sur le point d’avoir leur premier enfant. Des phénomènes étranges se produisent et la grossesse ne se déroule pas comme prévu. Il semblerait que Rachel soit hantée par un esprit maléfique cherchant à s’incarner dans son enfant. Le concept du film est une émission de télé-réalité américaine voulant filmer un couple ayant eu des difficultés à avoir un enfant. Le réalisateur a fait le choix de coller au kitch de ces émissions populaires un brin ringardes. Le spectateur va donc découvrir des images d’archives non diffusées, montrant des évènements troublants de cette histoire.

Bien sûr, il ne s’agit pas d’un film à l’image éblouissante. Le manque de budget et de technique est propice à l’utilisation du Found Footage. L’image ressemble à celle des caméras DV des débuts 2000, parasitée de temps en temps par des interférences . L’image saute, grésille et siffle à l’oreille. On se laisse prendre au jeu de cette émission TV à l’ambiance perturbante. Simple mais efficace, la force du film tient dans le fait qu’il ne sera jamais démonstratif. Vous ne verrez pas de démon aux griffes acérées, ni de chaise qui vole dans la pièce ou de possession irréaliste. Le film reste proche de la réalité et oscille entre deux personnages opposés par leurs croyances.

L’ambiance satirique du début cède petit à petit la place à une atmosphère poisseuse. Le jeu des comédiens est toujours juste, cela renforce cette impression que le spectateur participe au tournage de l’émission TV. La qualité du scénario de Delivery réside dans cet équilibre entre supposition maléfique ou réelle folie. Le réalisateur a choisi de ne pas s’appuyer sur une seule position au détriment de l’autre. C’est ce qui renforce l’étrangeté des évènements qui se produisent. Le film nous met de plus en plus mal à l’aise et ne cesse de jouer avec nos nerfs jusqu’au summum de l’immoral.

Delivery est un film simple mais surprenant, agréable à regarder et dont la fin ne peut que nous faire réagir. Ce film  ne sera pas au programme de grands festivals, voilà pourquoi l’existence du festival  Mauvais Genre est important. Il n’y a qu’ici qu’il est possible de voir ce genre de film dans une salle obscure.

Rappelons que le très attendu « Devil’s Due » traitera du même sujet. On aura donc l’occasion de voir et surtout de comparer les deux films.

Sadako   

Note : 7/10

delivery4

Avatar

Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip.

2 Comments

  1. Avatar

    Où peut-on trouver ce film ?

  2. Avatar

    Salut Solène, on a eu la chance de découvrir le film lors du festival Mauvais Genre. Il s’agit d’un petit film indépendant et je serais incapable de te dire ou le trouver. Il ne sortira surement pas au cinéma, reste à voir s’il fera l’objet d’une sortie DVD …

Commentaires