logo-site

(L’Étrange Festival) Belenggu (Note: 3/10)

 

Année de production : 2012

Réalisateur : Upi Avianto

Scénaristes : Upi Avianto

Acteurs : Verdi Solaiman, Abimana Aryasatya, Avrilla,Laudya Cynthia Bella

Musique : Aksan Sjuman

Genre : Horreur

Pays d’origine : Indonésie

Durée : 1h40

 

Synopsis :
« Elang se consume de solitude dans son appartement et gagne sa vie comme barman dans un nightclub. Sa routine est bouleversée lorsqu’un soir il rencontre Jingga, une mystérieuse jeune fille qui cache un lourd secret. Pendant ce temps, un tueur déguisé en lapin rôde dans le quartier, semant la paranoïa parmi les habitants » (Synopsis Première).

 

Belenggu est notre première déception de l’Etrange Festival. Il fait partie de ces films que l’on souhaite oublier au plus vite et dont on refuse d’en parler en sortant de la salle.

Le film est divisé en trois parties.
Une première partie où l’on nous présente le personnage principal, souffrant constamment de visions cauchemardesques qui l’empêchent de différencier le réel de l’imaginaire. Il est hanté par un homme déguisé en lapin et une femme séduisante qu’il finit par rencontrer réellement. Lors de ses visions, ce lapin géant est l’auteur d’affreux meurtres et notre personnage n’arrive plus à faire la part des choses au point de s’introduire brusquement chez ses voisins, persuadé que ceux-ci sont attaqués.

img_belenggu2

On comprend que la vie de notre personnage est un cauchemar constant. L’univers nous fait parfois penser à celui de Silent Hill (particulièrement lors de la séquence dans les toilettes où du sang vient recouvrir les murs) mais est malheureusement bien loin de créer la même angoisse…
Et c’est bien là le défaut principal du film, il ne parvient à aucun moment à nous faire peur ou à nous mettre mal à l’aise. On s’ennuie ferme et le film deviendra également pour nous, spectateurs, un véritable cauchemar !
Evidemment, il s’agit d’une grosse référence à l’incroyable Donnie Darko, une comparaison qui malheureusement fait mal au cœur vu la piètre qualité du film.

La déception se poursuit avec la deuxième partie. Il s’agit d’une enquête policière où notre personnage est accusé de meurtres sans que l’on sache s’il les a réellement commis. Une partie ennuyante portée par des policiers clichés dont l’enquête est soporifique. Ces derniers se contentent d’interroger de nombreuses personnes pour nous apporter des informations intrigantes sur notre protagoniste. Seulement on se doute de ce qui va suivre et on se désintéresse dès le début de cette enquête interminable.

Oui mais attention, car nous ne sommes pas au bout de nos peines ! La troisième partie du film s’acharne à vouloir nous surprendre au point de nous proposer des retournements scénaristiques plus ridicules les uns que les autres.
A croire que l’objectif du réalisateur est seulement de faire en sorte que le spectateur ne devine pas la fin quitte à le prendre pour un idiot et à lui proposer un dénouement absurde.

Que dire du jeu d’acteur de notre personnage principal, tellement caricatural qu’il provoque les rires de la salle ? Celle-ci était d’ailleurs assez vide au début du film et a vu ses spectateurs disparaître au fur et à mesure. Les quelques survivants se sont d’ailleurs empressés de quitter la salle à grandes enjambées.

Grosse déception donc mais peu importe, on oublie, il nous reste plein de bons films à voir à l’Etrange Festival !

Krueger

Note : 3/10

news-film-belenggu-1

Avatar

Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip.

Commentaires