Au coeur de l'horreur

The Conjuring 2 : le cas Enfield

Synopsis

Lorraine (Vera Farmiga) et Ed Warren (Patrick Wilson) se rendent dans le nord de Londres pour venir en aide à une mère qui élève seule ses quatre enfants dans une maison hantée par des esprits maléfiques. Il s’agira d’une de leurs enquêtes paranormales les plus terrifiantes…

Critique

Nous avons souvent eu l’occasion de critiquer le cinéma d’horreur à vocation commerciale, destiné principalement à un public adolescent. Cette critique pourrait également s’appliquer à James Wan, notamment en tant que producteur, ce dernier enchaînant les franchises horrifiques plutôt fades, qu’il a parfois lui-même créées (Saw 2-7, Annabelle, Insidious 3). Cependant, force est de reconnaître que lorsque James Wan est derrière la caméra, en tant que réalisateur, la déception est rare. Il est même devenu avec le temps l’une des figures emblématiques du cinéma d’horreur contemporain. Il a ainsi donné un nouveau souffle au genre du Torture Porn en 2004 avec Saw, et au film de fantôme et de possession avec Insidious en 2010. Étant à l’époque un jeune réalisateur encore inconnu, le voici 10 ans plus tard en maître incontesté du genre. Après un passage en tant que réalisateur de blockbusters (Fast and furious 7)James Wan revient à son genre de prédilection malgré une volonté affichée d’arrêter l’horreur. Et même si le réalisateur admet lui-même lors de son interview pour Mad movies ce mois-ci, être un réalisateur de divertissement et par conséquent un minimum commercial, on décèle dans chacun de ses films une empreinte et une maîtrise technique magistrale.

The Conjuring 2 suit à nouveau notre couple expert en phénomènes paranormaux, Ed et Lorraine Warren, qui vont être confrontés à l’une des affaires les plus troublantes de leur carrière (inspirée du cas Enfield, semblable à celui d’Amityville). L’action se déroule quelques années après le premier opus, entre 1977 et 1979. Les Warren se rendent dans le nord de Londres pour venir en aide à une mère célibataire qui s’occupe seule de ses quatre enfants et qui sont victimes de possession démoniaque.

Face au succès du premier The Conjuring, qui a rapporté 316 millions de recettes mondiales (pour un budget de 20 millions), il était évident que les producteurs se lanceraient dans une suite, avec ou sans James Wan en tant que réalisateur. Heureusement pour nous, celui-ci a décidé de se charger de la mise en scène. Dès les premières minutes, James Wan nous fait une démonstration de son talent en nous proposant des mouvements de caméra interminables, parcourant l’ensemble de la maison avec maestria. Des mouvements spectaculaires que l’homme à réalisé à l’aide d’une caméra RED-One, reconnue pour sa qualité d’image, sa légèreté et sa souplesse. De plus, lors des premières séquences, on assiste à plusieurs situations se déroulant à es époques différentes, le tout dans un même plan. Lorraine Warren est au chevet d’une famille en détresse, tout en ayant des visions sur le drame qui a eu lieu, entrant ainsi dans la peau du tueur. Elle reproduit un à un les meurtres de l’homme possédé. Ses mains simulent le port d’un fusil à pompe, mais les impacts de balle sur les victimes sont bel et bien réels. Lorsqu’elle passe devant un miroir, c’est bien le reflet du tueur que l’on aperçoit, ses gestes synchronisés aux siens. Tant d’idées de mise en scène qui font de ces premières minutes un vrai régal visuel, et instaurent une ambiance pesante et angoissante. Toutefois, cette mise en scène est tellement spectaculaire qu’elle peut sembler superflus. Qu’importe, celle-ci accroche le spectateur dès le départ et est tellement maîtrisée qu’elle ne peut qu’être appréciée. Tout au long du film, James Wan jouera à plusieurs reprises avec des sautes temporelles sans pour autant couper le plan. Des transitions entre les séquences qui rendent le film très fluide.

James Wan a l’art de divertir son spectateur, sans autre prétention. Et pour ce faire, celui-ci joue avec brio avec les codes du cinéma horrifique. Conscient que son public connaît sur le bout des doigt toutes les ficelles du genre, James Wan s’amusent à les détourner ou même à les parodier. C’est le cas par exemple avec les jump scares que tout le monde anticipe. Cependant, le réalisateur amplifie volontairement les réactions de ses personnages ou les effets de sa mise en scène pour marquer la venue d’un jump scare qui n’arrivera finalement jamais. Le film joue avec nos attentes et maîtrise totalement ses effets sur le public. À l’image du premier volet, The Conjuring 2 apporte de temps à autres quelques touches d’humour toujours très appréciables.

Malheureusement, The Conjuring 2 n’est pas exempt de défauts et ceux-ci sont tout de même assez rebutants… Toutes les scènes d’émotion sont d’une platitude affligeante. L’histoire d’amour entre Lorraine et Ed Warren manque de subtilité. James Wan sort les violons et nous balance des banalités amoureuses. il joue sur la caricature du rêve américain, sur la figure masculine parfaite, à la fois bricoleuse et attentive à son entourage, prête à se sacrifier au moindre prétexte, etc. Et même le duo de comédiens aussi talentueux que Vera Farminga et Patrick Wilson ne parviendra pas à faire passer la pilule.

Mais le plus gros défaut du film est d’une simplicité déconcertante… Il s’agit ni plus ni moins de son scénario et du déroulement de l’intrigue. Dès les premières minutes, on sait exactement ce qu’il va se passer et on attend gentiment que le film se termine. Et manque de bol, celui-ci s’éternise en nous gratifiant de grossiers rebondissements narratifs…

Mais nous resterons sur une touche positive car The Conjuring 2 est un film divertissement à la mise en scène spectaculaire. On vous recommande donc d’aller le voir au cinéma. Ceci étant dit, il va falloir s’attendre à un The Conjuring 3, alors qu’on aimerait voir autre chose… Il est grand temps de proposer de nouvelles formules, de nouveaux thèmes, de nouveaux personnages… Et pourquoi pas un retour de James Wan dans le Torture Porn ? Cela pourrait être intéressant !

[vc_row][vc_column][vc_text_separator title="Synopsis"][vc_row_inner][vc_column_inner][vc_column_text]Lorraine (Vera Farmiga) et Ed Warren (Patrick Wilson) se rendent dans le nord de Londres pour venir en aide à une mère qui élève seule ses quatre enfants dans une maison hantée par des esprits maléfiques. Il s’agira d’une de leurs enquêtes paranormales les plus terrifiantes…[/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_text_separator title="Critique"][vc_row_inner][vc_column_inner][vc_column_text] [dropcap style="style1"]N[/dropcap]ous avons souvent eu l’occasion de critiquer le cinéma d’horreur à vocation commerciale, destiné principalement à un public adolescent. Cette critique pourrait également s’appliquer à James Wan, notamment en tant que producteur, ce dernier enchaînant les franchises horrifiques plutôt fades, qu’il a parfois lui-même créées (Saw 2-7, Annabelle, Insidious 3). Cependant, force est de reconnaître que lorsque James Wan est derrière la caméra, en tant que réalisateur, la déception est rare. Il est même devenu avec le temps l’une des figures emblématiques du cinéma d’horreur contemporain. Il a ainsi donné un nouveau souffle au genre du Torture Porn en 2004 avec Saw, et au film de fantôme et de possession avec Insidious en 2010. Étant à l’époque un jeune réalisateur encore inconnu, le voici 10 ans plus tard en maître incontesté du genre. Après un passage en tant que réalisateur de blockbusters (Fast and furious 7), James Wan revient à son genre de prédilection malgré une volonté affichée d’arrêter l’horreur. Et même si le réalisateur admet lui-même lors de son interview pour Mad movies ce mois-ci, être un réalisateur de divertissement et par conséquent un minimum commercial, on décèle dans chacun de ses films une empreinte et une maîtrise technique magistrale. The Conjuring 2 suit à nouveau notre couple expert en phénomènes paranormaux, Ed et Lorraine Warren, qui vont être confrontés à l’une des affaires les plus troublantes de leur carrière (inspirée du cas Enfield, semblable à celui d’Amityville). L’action se déroule quelques années après le premier opus, entre 1977 et 1979. Les Warren se rendent dans le nord de Londres pour venir en aide à une mère célibataire qui s’occupe seule de ses quatre enfants et qui sont victimes de possession démoniaque. Face au succès du premier The Conjuring, qui a rapporté 316 millions de recettes mondiales (pour un budget de 20 millions), il était évident que les producteurs se lanceraient dans une suite, avec ou sans James Wan en tant que réalisateur. Heureusement pour nous, celui-ci a décidé de se charger de la mise en scène. Dès les premières minutes, James Wan nous fait une démonstration de son talent en nous proposant des mouvements de caméra interminables, parcourant l’ensemble de la maison avec maestria. Des mouvements spectaculaires que l’homme à réalisé à l’aide d’une caméra RED-One, reconnue pour sa qualité d’image, sa légèreté et sa souplesse. De plus, lors des premières séquences, on assiste à plusieurs situations se déroulant à es époques différentes, le tout dans un même plan. Lorraine Warren est au chevet d’une famille en détresse, tout en ayant des visions sur le drame qui a eu lieu, entrant ainsi dans la peau du tueur. Elle reproduit un à un les meurtres de l’homme possédé. Ses mains simulent le port d’un fusil à pompe, mais les impacts de balle sur les victimes sont bel et bien réels. Lorsqu’elle passe devant un miroir, c’est bien…

7

10

NOTE

7

Note des internautes : Soyez le premier à voter !
7

Informations

Affiche de The Conjuring 2

Titre original : The Conjuring 2

Réalisation : James Wan

Scénario : Carey HayesChad Hayes…

Casting : Vera FarmigaPatrick WilsonMadison Wolfe

Pays d’origine : Etats-Unis

Genre : Film de fantôme

Durée : 134 minutes

Date de sortie : 29 juin 2016

Lien IMDB

Lien Allocine

Articles suggérés

The Pact 2

Krueger

4

10

Radio Silence (Étrange Festival)

Tetsuo

5

10

Kodoku Meatball Machine

Tetsuo

Laissez un commentaire

Au Coeur de l'Horreur utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience et optimiser les fonctionnalités des réseaux sociaux. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies dans les conditions prévues par notre politique de confidentialité. En savoir plus et gérer les cookies. Accepter En savoir plus