logo-site

The Possession of Michael King

18 juillet 2014

Même si la mise en scène de The Possession of Michael King recycle ce qui a déjà été fait (found footage, caméra de surveillance etc…), il faut admettre que celui-ci semble assez flippant. Le pitch est simple mais efficace : Michael King est un documentariste professionnel qui conteste toute sorte de croyance envers Dieu ou au Diable. Après le décès de sa femme, il se retrouve seul avec sa fille. Il décide de se servir lui-même de cobaye pour prouver qu’il n’existe pas d’au-delà et que le paranormal n’est pas une science, mais une simple arnaque. Il va ainsi autoriser tous les démonologues, nécromanciens et autres pratiquants de l’occulte à lui jeter des sorts.

Je pense que Michael va regretter son choix… La preuve dans la bande-annonce !

Date de sortie : 22 aout (USA)

Réalisateur : David Jung

Acteurs : Shane Johnson, Ella Anderson, Cara Pifko…

genre : Horreur

Pays d’origine : États-Unis

 

Synopsis:
“Après la mort soudaine de sa femme, Michael décide de consacrer son prochain film à la recherche de l’existence du surnaturel, se faisant le centre de l’expérience, se livrant aux mains des démonologues, nécromanciens, et autres praticiens de l’occulte d’essayer dans l’espoir de prouver une fois pour toute, quand ils auront échoué, que la religion, la spiritualité, et le paranormal ne sont que des mythes. Mais quelque chose se produit. Une force maléfique et terrifiante a pris possession de Michael King. Et elle n’est pas prête à le libérer…”

the-possession-of-michael-king-poster

 

Krueger

Rédacteur en chef du site Au coeur de l'horreur et président de l'association, je suis un passionné du cinéma d'horreur sous toutes ses formes. Je dois bien avouer avoir un faible pour tout ce qui se rapporte au gore, aux gros nichons et au sanguinolent. Je reste néanmoins doté d'une sensibilité à toute épreuve.

1 Comments

  1. Avatar

    La fin du pitch me donne carrément envie. C’est tellement n’importe quoi que c’est exactement le genre de délire que j’adore mater. Fin aout, je note !

Commentaires