logo-site

Dead Snow 2

13 août 2014

Synopsis

Martin, désormais manchot, est le dernier survivant de l’attaque des zombies nazis. Alors qu’il prend la fuite, celui-ci a un accident de voiture et s’évanouit. À son réveil, à l’hôpital, il se rend compte que les médecins ont commis une erreur et lui ont greffé un bras qui n’est pas le sien. Il s’agit de celui du commandant zombie nazi et ce nouveau bras lui procure une force et un pouvoir incroyables. Un atout de taille car Martin va vite comprendre qu’il n’a pas fini d’en découdre avec les zombies.

Préambule

1 – INT/NUIT/CHAMBRE

Krueger dort paisiblement, enfoui sous des draps qu’il n’a pas lavés depuis des mois. Soudain, il entend une voix dans sa tête :

VOIX
Hey ! Réveille-toi !
Allez ! Réveille-toi !

KRUEGER
Ohhh putain mais c’est qui ?

VOIX
C’est moi, Bob ! (mon dernier neurone fan de série B jusqu’à Z) !

KRUEGER
Mais bordel Bob, il est 4h du mat. Qu’est-ce que tu me fais chier à cette heure-là !

BOB
J’ai envie de regarder Dead Snow 2.

KRUEGER
C’est quoi encore ça ?

BOB
Mais si, tu sais, le film avec les zombies nazis dans la neige.

KRUEGER
Mais c’était nul ça ! Ya que le pitch de drôle dans ce film…

BOB
Moi j’ai bien aimé !

KRUEGER
Pas étonnant… Allez lâche-moi, faut dormir là. Pendant que tous les autres sont plongés dans des mondes imaginaires, toi tu me prends la tête avec tes films. Va rejoindre les autres.

BOB
Les rêves des autres neurones me foutent les boules. Y’en a un où tu tortures des chinois dans une cave, un autre ou tu fais l’amour à ta prof d’histoire de lycée ou encore un où tu parles slovaque avec des chats bouddhistes. Sans moi merci.
Regarde juste la bande-annonce et après j’te laisse !

Krueger allume son mac, cet objet incroyable qui lui a couté quelques mois de tournages.
Il regarde la bande-annonce. Un sourire se dessine sur ses lèvres.

KRUEGER
C’est vrai que ça a l’air cool. Allez c’est parti !

Critique

Chers Amis d’Au Cœur de l’Horreur, bonsoir, bonjour, qu’importe l’heure à laquelle vous lirez cette critique.

Après le premier Dead Snow, notre réalisateur complètement barré, Tommy Wirkola, nous propose une suite qui dépasse toutes nos espérances. Celui-ci outrepasse le simple pitch disjoncté d’une attaque isolée de zombies nazis et vient nous offrir une relecture de la Seconde Guerre mondiale pour le moins atypique. Une version de l’histoire complètement folle mais qui paraît très réaliste pour mon dernier neurone, BOB ! Bourré d’humour et d’effets gores jouissifs, Dead Snow 2 nous comble de joie.

Cette suite débute directement là où le premier nous avait laissé. On a même le droit à un court résumé du premier film qui est d’ailleurs beaucoup plus agréable à regarder que le film en lui-même (montage dynamique, effets gores à gogo, présentation du contexte). Vous pouvez donc sans remords regarder Dead Snow 2 sans avoir vu son prédécesseur.

On retrouve notre personnage principal, Martin (Vegar Hoel) qui, après avoir perdu son bras droit, parvient à échapper aux zombies nazis. Lorsqu’il se réveille dans un hôpital où les médecins lui ont greffé par erreur un bras de zombie, il se rend compte que ce bras lui procure une force et un pouvoir incroyables. Accompagné de la Zombie Squad, Martin va devoir combattre le retour des zombies nazis.

Qui aurait pu imaginer une telle différence de qualité entre les deux films ? Ce Dead Snow 2 est supérieur à son prédécesseur à tous les niveaux. Une disparité qui s’explique avant tout par un budget que l’on devine beaucoup plus important.

Le scénario est plus ambitieux et parvient à nous plonger dans une histoire pleine de rebondissements sans aucun temps morts. Il nous offre une retranscription miniature de la Seconde Guerre mondiale en Norvège. Tommy Wirkola prend quelques libertés par rapport à la conception du zombie habituelle. Ici, les morts-vivants sont de simples tueurs sanguinaires et ne cherchent pas à mordre leurs victimes mais juste à les zigouiller de toutes les manières possibles. Il n’y a donc pas de contamination et le chef zombie est libre de choisir, grâce à son pouvoir, le nombre de morts qu’il souhaite voir rejoindre son armée nazie.
Pour combattre cette armée conquérante, Martin va faire appel à des alliés tels que la Zombie Squad. Un schéma qui nous propose des scènes de bataille acharnées. On ne voit pas le temps passer et on savoure le film du début à la fin.

Les personnages sont attachants, extrêmement drôles, et interprétés par des comédiens excellents à l’image des membres de la Zombie Squad (Martin Starr, Ingrid Haas et Jocelyn DeBoer).
Même les histoires des personnages secondaires nous offrent des moments jouissifs et permettent d’aérer la narration principale tout en provoquant des fous rires excellents. Prenons l’exemple de cette équipe policière d’une petite bourgade norvégienne ou de ce zombie amadoué, interprété par l’excellent Kristoffer Joner.

Les dialogues sont bien écrits. Ils renforcent le côté caricatural des personnages et leur apportent une dimension humoristique parfaite. J’aimerais citer cette phrase du chef policier, qui complètement dépassé par les évènements catastrophiques qui s’accumulent, ne peut que contempler l’envergure des dégâts en disant : “Quand une merde percute un ventilateur…” (BOB médite sur cette phrase…).

Mais là où Dead Snow 2 se démarque vraiment de son prédécesseur, c’est d’un point de vue de l’image. Les effets spéciaux sont beaucoup plus convaincants, gardant l’esprit bien gore et disjoncté du premier volet, mais en gommant son aspect très kitsch. Le film nous propose une panoplie de meurtres réjouissants et originaux (l’un des premiers meurtres où notre victime tente de se protéger avec un journal est vraiment hilarant). D’ailleurs, on remarque que Tommy Wirkola est un grand fan d’intestins. À l’image de Robert Rodriguez avec ses films Machete, les zombies de Tommy Wirkola arrachent des intestins à n’en plus finir et leur trouvent toujours une utilité (pour faire le plein d’essence par exemple !). Voilà un aspect du film qui ne peut que réjouir BOB : du sang, des intestins, des membres qui explosent, que demander de plus BOB ? Du sexe ! Calme-toi, la scène finale devrait répondre à tes attentes (au pire, tu retourneras dans mes rêves après le film).

Inutile d’en dire plus, Dead Snow 2 est une agréable surprise et satisfera les amoureux des comédies zombiesques ! Avec un très bon casting, un humour décapant, un scénario accrocheur, des effets visuels excellents, le film comblera votre soirée popcorn entre potes ! Allez BOB, à bientôt pour un autre film complètement barré !

[vc_row][vc_column][vc_text_separator title="Synopsis"][vc_row_inner][vc_column_inner][vc_column_text]Martin, désormais manchot, est le dernier survivant de l’attaque des zombies nazis. Alors qu’il prend la fuite, celui-ci a un accident de voiture et s’évanouit. À son réveil, à l’hôpital, il se rend compte que les médecins ont commis une erreur et lui ont greffé un bras qui n’est pas le sien. Il s’agit de celui du commandant zombie nazi et ce nouveau bras lui procure une force et un pouvoir incroyables. Un atout de taille car Martin va vite comprendre qu’il n’a pas fini d’en découdre avec les zombies.[/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_text_separator title="Préambule"][vc_row_inner][vc_column_inner][vc_column_text] 1 – INT/NUIT/CHAMBRE Krueger dort paisiblement, enfoui sous des draps qu’il n’a pas lavés depuis des mois. Soudain, il entend une voix dans sa tête : VOIX Hey ! Réveille-toi ! Allez ! Réveille-toi ! KRUEGER Ohhh putain mais c’est qui ? VOIX C’est moi, Bob ! (mon dernier neurone fan de série B jusqu’à Z) ! KRUEGER Mais bordel Bob, il est 4h du mat. Qu’est-ce que tu me fais chier à cette heure-là ! BOB J’ai envie de regarder Dead Snow 2. KRUEGER C’est quoi encore ça ? BOB Mais si, tu sais, le film avec les zombies nazis dans la neige. KRUEGER Mais c’était nul ça ! Ya que le pitch de drôle dans ce film… BOB Moi j’ai bien aimé ! KRUEGER Pas étonnant… Allez lâche-moi, faut dormir là. Pendant que tous les autres sont plongés dans des mondes imaginaires, toi tu me prends la tête avec tes films. Va rejoindre les autres. BOB Les rêves des autres neurones me foutent les boules. Y’en a un où tu tortures des chinois dans une cave, un autre ou tu fais l’amour à ta prof d’histoire de lycée ou encore un où tu parles slovaque avec des chats bouddhistes. Sans moi merci. Regarde juste la bande-annonce et après j’te laisse ! Krueger allume son mac, cet objet incroyable qui lui a couté quelques mois de tournages. Il regarde la bande-annonce. Un sourire se dessine sur ses lèvres. KRUEGER C’est vrai que ça a l’air cool. Allez c’est parti ! [/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][vc_text_separator title="Critique"][vc_column_text]Chers Amis d’Au Cœur de l’Horreur, bonsoir, bonjour, qu’importe l’heure à laquelle vous lirez cette critique. Après le premier Dead Snow, notre réalisateur complètement barré, Tommy Wirkola, nous propose une suite qui dépasse toutes nos espérances. Celui-ci outrepasse le simple pitch disjoncté d’une attaque isolée de zombies nazis et vient nous offrir une relecture de la Seconde Guerre mondiale pour le moins atypique. Une version de l’histoire complètement folle mais qui paraît très réaliste pour mon dernier neurone, BOB ! Bourré d’humour et d’effets gores jouissifs, Dead Snow 2 nous comble de joie. Cette suite débute directement là où le premier nous avait laissé. On a même le droit à un court résumé du premier film qui est d’ailleurs beaucoup plus agréable à regarder que le film en lui-même (montage dynamique, effets gores à gogo, présentation du contexte). Vous pouvez donc sans remords regarder Dead Snow 2 sans avoir vu son prédécesseur. On retrouve notre personnage…

7

10

NOTE

7

Note des internautes : Soyez le premier à voter !
7

Informations

dead snow 2

Réalisation : Tommy Wirkola

Scénario : Stig Frode Henrikse, Vegar Hoel et Tommy Wirkola

Casting : Martin Starr, Ingrid Haas, Jocelyn Deboer…

Production : Saga Film, Tappeluft Pictures et The Fyzz

Genre : Horreur, comédie

Pays d’origine : Norvège

Date de sortie : 5 novembre 2014

Lien IMDB

Lien Allocine

Krueger

Rédacteur en chef du site Au coeur de l'horreur et président de l'association, je suis un passionné du cinéma d'horreur sous toutes ses formes. Je dois bien avouer avoir un faible pour tout ce qui se rapporte au gore, aux gros nichons et au sanguinolent. Je reste néanmoins doté d'une sensibilité à toute épreuve.

Commentaires