logo-site

(Festival Mauvais Genre) The Demon’s Rook (Note : 5/10)

Réalisateur : James Sizemore

Acteurs : Ashleigh Jo Sizemore, James Sizemore, John Chantham…

Genre : Fantaisie, Horreur, Aventure

Nationalité : Américain

 

Synopsis :

Un garçon prénommé Roscoe est attiré dans une dimension parallèle par un esprit maléfique. Arrivé à l’âge adulte, il réapparait sur Terre, des décennies après sa disparition, porteur en lui des secrets du monde des Ténèbres. Trois créatures du Diable se lancent à sa poursuite pour le faire taire…

 

Critique (ou plutôt conversation fictive avec un pote un peu coincé) :

– T’as fait quoi le dimanche de Pâques ?

– Bah, je suis allé voir un film d’horreur au Festival Mauvais genre. Le titre, c’est The Demon’s Rook. C’était assez différent de ce qu’on a l’habitude de voir. Tu vois le genre de film un peu branché hémoglobine et démon à la tête siliconée, y’ a des boyaux en plastiques et quelques nichons qui pointent. Une musique cool et une grosse fête qui se termine en champs de meurtres tous plus barrés les uns que les autres.

– Ah ouais … Ok …

– Bah ouais, mais tu sais quoi, c’était plutôt cool. J’ai bien kiffé. Bon, ce n’est pas le film du siècle ! Mais le délire  hippie/rock/hémoglobine, faut vraiment avoir le cran de le faire. Franchement, c’est divertissant.

– Ouais, si tu veux…

– Nan, mais je te jure. J’ai bien aimé.  Et toi t’as fait quoi ce dimanche ?

– J’suis allé voir mes vieux, croulant sous le chocolat. Je me suis pété le bide, du coup, j’étais malade tout le lundi.

– Bah tu vois, la prochaine fois viens avec moi, tu seras en meilleure forme après un film aussi délirant. On se détend le cerveau, on profite du moment pour se foutre un peu de la gueule des monstres pervers. Et puis ce n’est pas le genre de truc que tu vas te mater chez toi ou en salle. Sauf dans des festivals comme Mauvais Genre. Tu élargis ta culture, si, si. Bon, ok, les acteurs sont pourris mais au moins c’est un film fait maison. Genre, avec des pâtes et du ketchup quoi… C’est un style de film qui se perd, un objet typique de la culture de l’horreur américaine. Ça s’inspire de tout ce qui s’est fait dans les années 60, 70. Donc c’est plutôt sympa de revoir un genre oublié.

– Ouais, mais tu vois, je ne suis pas trop pour la violence gratuite.

– C’est de l’autodérision et surtout c’est une grosse illusion. C’est un peu ce qu’on appelle du surréalisme ! Après, c’est vrai, que tu ne vas pas voir ce genre de film pour la beauté de l’image. Ni pour connaitre le prochain acteur à la mode. Enfin bref, si tu veux t’élargir un peu l’esprit, tu ferais mieux de voir si ça te plait ou pas en bougeant tes fesses jusqu’au festival. C’est ce que j’ai fait et je ne regrette vraiment pas. J’ai passé un bon moment même si c’est vraiment, mais complètement un gros délire.

Sadako

note : 5/10, mais c’est meilleur avec du Pop-Corn !

DEMONS-ROOK-Affiche

 

Avatar

Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip.

Commentaires