Au coeur de l'horreur

Hannibal saison 2 (Note : 8/10)

Créée par: Bryan Fuller

Acteurs: Hugh Dancy, Mads Mikkelsen, Caroline Dhavernas, Laurence Fishburne, Gillian Anderson…

Nationalité: Américaine

Genre: Thriller

Format: 42 minutes

Date de sortie: 28 février 2014 (NBC, USA)

Critique :

Hannibal le cannibale est de retour. Il est accompagné de son joujou préféré, Will Graham, enfermé dans un hôpital psychiatrique le temps de son procès sur les évènements de la saison précédente.
Il était grand temps pour moi de vous faire part de mon avis sur cette nouvelle saison. Avant toute chose pour ceux qui n’auraient pas suivi, vous pouvez redécouvrir le menu critique de la saison 1.
Passons à table…

Kaiseki

(Forme de gastronomie traditionnelle japonaise qui se compose de différents plats servis conjointement. Très technique et esthétique, cette cuisine est considérée comme un art culinaire à part entière. Un plat qui sert de titre au premier épisode et qui reflète l’ensemble de cette saison)

Bryan Fuller frappe une nouvelle fois avec sa finesse et sa technique hors pair. Si la saison 1 était à la fois empreinte d’un raffinement et d’une froideur incontestée, cette nouvelle saison tire cet esthétisme à son paroxysme. La mise en scène est au service des personnages et exprime à chaque plan leurs états d’âme. Les couleurs, la froideur ambiante et la luminosité sont d’une noblesse digne des plus grands peintres flamands du 17ème siècle. Il y a cette teinte de Renaissance qui habille les différents décors tous plus beaux les uns que les autres. Et ce n’est pas le clavecin du Dr Lecter qui prouvera le contraire. Cet esthétisme est pourtant très ancré dans une modernité qui la caractérise. La musique est un exemple, appuyant chaque moment de tension par un battement angoissant. Un rythme qui semble tout droit sorti des entrailles de Stravinsky. Ajoutez à cela une mise en scène latente, habillée de nombreux plans contemplatifs, de ralentis ou de fondus enchainés (les images se superposent). Tout ceci se mélange pour donner l’élégance à la Bryan Fuller.

Pas de surprise lorsque l’on apprend qu’un grand chef a confectionné chaque plat de la série afin de créer la signature du personnage d’Hannibal Lecter. Petite info anecdotique : les épisodes de la saison 1 portaient le nom du vocabulaire culinaire traditionnel Français. Tandis que la saison 2 s’attarde sur des plats Japonais. La saison 1 était propice aux mets composés de viandes et venait introduire le Dr Lecter. La saison 2 se compose principalement de mets à base de poisson et confère une ambiance plus adéquat au caractère de Will Graham. Tout ça pour vous faire comprendre que chaque détail scénaristique est réfléchi. Cette nouvelle saison ne déroge pas à la règle. Le jeu du chat et de la souris nous intriguait particulièrement voire même pimentait un peu l’affaire. Les scénaristes ont donc choisi de développer la relation entre les personnages sous cet angle. C’est sans doute là la grande force de cette série. Et quoi de mieux que l’univers d’Hannibal Lecter pour traiter cet aspect ?

Moins de quantité pour plus de qualité. C’est sans doute l’adage de cette nouvelle saison puisqu’elle présente en effet moins de meurtres. Contrairement à sa précédente, les épisodes de la saison 2 gardent la même structure en variant légèrement. Les quelques meurtres suivis par notre équipe du FBI servent avec habilité l’intrigue. La beauté des meurtres avait fortement marqué l’univers de la série. Vous n’avez encore rien vu ! Attendez-vous à être surpris par les installations vertigineuses de nos serials killers débordants de créativité.

102063.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Construite en deux temps, la série ne cesse de monter en puissance. Véritable terrain de manipulations et de chasse, on ne peut que se laisser entraîner par cette course trépidante. Le jeu des acteurs galvanise cet aspect. On ne peut qu’applaudir la performance de chaque membre de cette série.

Cependant, je réitère les défauts qui déjà me dérangeaient lors de la première saison. Certains personnages sont pour moi inutiles et servent uniquement de prétexte scénaristique. Quel dommage de retrouver cette journaliste cruche pour des clopinettes. Moi qui m’enthousiasmais à l’idée de découvrir le personnage du Dr Bedelia Du Maurier interprétée par Gillian Anderson. Le noyau a du mal à passer ! Et j’en passe… Même si le jeu n’est pas à remettre en question.
Je regrette cette monotonie quant au ton employé (sûrement due à la direction d’acteurs) par certains personnages. Une sonorité dans la voix qui pousse le spectateur à s’endormir. Et ce n’est pas le blabla un peu lourdesque des dialogues psychanalityque à deux francs six sous qui nous aide à garder la patate ! Heureusement, le blabla s’atténue vers le milieu de la saison, c’est sans doute pour cela qu’on ne décroche finalement pas de la série.

Malgré toutes les qualités qui lui sont attribuées, Hannibal est une série hypnotisante mais parfois trop lourde. Elle se donne un air intellectuel. Est-ce dû à l’ambition de son créateur ? À force d’amener réflexion sur réflexion, on ne respire plus vraiment. Une série réfléchie, c’est bien, c’est beau. Mais un peu de liberté et de sensibilité moins contrôlées permettrait au spectateur de lâcher prise. Pourrions-nous ainsi apprécier la série à sa juste valeur sans résistance ? On se perd dans toute cette pesanteur de sens, de métaphore et de symbolisme en tout genre.
Un des aspects qui me déçoit et me désespère, c’est cette mode des animaux comme symbole face à l’être humain. Des têtes de cerfs par-ci, des têtes de loup par-là. À croire que même les séries se veulent Hipster !

Hannibal est une très bonne série. Tout est très beau et réfléchi, mais attention aux parasites. Une ambition trop forte d’intellectualiser l’œuvre « Hannibal Lecter » peut perdre le spectateur et le laisser sur le bas-côté. Toutefois, le travail accompli est hypnotisant et passionnant. D’autant plus que la fin de cette saison laisse la porte ouverte à un tout nouveau chapitre. Pour la saison trois, tout est désormais possible …

Vous reprendrez bien un peu de dessert ?

Sadako

Note : 8/10

136411

Articles suggérés

The Walkind Dead, saison 3 (Note: 5/10)

horreur

Outcast, la nouvelle série de Robert Kirkman

Krueger

(PIFFF) Odd Thomas (Note : 6/10)

horreur

Laissez un commentaire

Au Coeur de l'Horreur utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience et optimiser les fonctionnalités des réseaux sociaux. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies dans les conditions prévues par notre politique de confidentialité. En savoir plus et gérer les cookies. Accepter En savoir plus