logo-site

I Wish – faites un vœu

26 juillet 2017

Synopsis

“Pas facile de survivre à l’enfer du lycée, Claire Shannon et ses copines en savent quelque chose. Du coup, quand son père lui offre une ancienne boîte à musique dont les inscriptions promettent d’exaucer tous ses vœux, Claire tente sa chance. Et ça marche ! Argent, popularité, petit ami, tout semble parfait. Mais le rêve a un prix : au fur et à mesure de ses souhaits, des personnes de son entourage meurent dans des conditions particulièrement atroces. Claire le sait : elle doit se débarrasser de la boîte pour sauver sa vie et celle de ses proches avant de faire le voeu de trop.”

Critique

Faites que ça s’arrête… Voilà l’unique vœu que l’on souhaite faire pendant la projection de I Wish. Être chroniqueur sur Au cœur de l’horreur, ça a du bon. On parcourt les festivals, on découvre de beaux films, parfois de petites pépites, aussi bien en long métrage qu’en court, on est invité aux avant-premières, la belle vie ! Et parfois, on tombe sur des films comme I Wish, et là l’engouement retombe aussi sec. Rarement on aura vu un film aussi mauvais. Ça ne peut pas être pire qu’Annabelle ou Ouija me direz-vous. Ça se vaut, c’est vrai, quoique, après mûre réflexion (disons 2 secondes), en fait si, c’est pire ! Toutes mes excuses monsieur John R. Leonetti, mais après Annabelle et I Wish, je pense que vous allez être blacklisté chez nous si vous continuez sur cette lancée.

Et rebelote ! On se retrouve dans un lycée avec des adolescents dégénérés, des pompomgirls, des geeks, des joueurs de football américain, bref toute la daube habituelle. Et on a notre personnage principal, Claire, qui est une jeune fille pure et innocente, évidemment, et qui souffre de la méchanceté de ses vilains camarades. Et en plus elle a perdu sa mère étant petite. Manquerait plus qu’elle se suicide et qu’elle nous fasse chier à l’expliquer et à faire culpabiliser ses camarades sur 13 cassettes audio (oui, 13 reasons Why m’insupporte…) Mais la vie de Claire va changer lorsque son père, qui adore faire les poubelles avec son pote black, va trouver une boîte à musique étrange, avec des anciennes inscriptions chinoises, et l’offrir à sa fille. Quel beau cadeau n’est-ce pas ? Il s’avère que cette boîte a le pouvoir d’exaucer les vœux. Claire va s’en donner à cœur joie avant de comprendre que chaque vœu entraîne la mort d’un de ses proches.

Non seulement le pitch de I Wish est extrêmement classique, mais le développement du scénario fait preuve d’une fainéantise navrante. Problèmes de rythme, manque de cohérence, personnages insipides, dénouement ridicule et aucun effort pour créer des scènes terrifiantes. John R. Leonetti se contente de quelques jump scares inutiles qui reposent essentiellement sur le son. Si on peut appeler ça encore du son… car le sursaut ne provient pas de ce que l’on voit à l’image, des effets de mise en scène ou de la situation, mais d’un bruit tonitruant qui sature et explose les enceintes de la salle. Il faudra trouver une autre solution pour nous faire sursauter une fois que vous nous aurez détruit les tympans.

Le concept de I wish surf sur le succès de Destination finale. Lorsqu’un vœu est prononcé, on sait que la mort arrive et on cible un personnage. Tout l’intérêt est donc de savoir comment le personnage va mourir ou s’il est possible d’y échapper. Un concept brillant dans Destination finale tant les séquences sont portées par une mise en scène inspirée et des situations toutes plus originales les unes que les autres. Ce qui n’est malheureusement pas le cas dans I Wish ou les scènes de meurtre s’enchaînent dans la plus grande indifférence. Le film perd totalement de son intérêt.

La menace semble éphémère et le personnage principal n’est que très peu affecté par la mort des autres. Ainsi, cette boite à musique ne dégage aucune aura effrayante. Peut-être aurait-il été intéressant de matérialiser la malédiction sous forme d’un démon ou autre boogeyman…

Le seul aspect intéressant de I Wish est toute la folie possessive qui se déclare à la fin du film autour de la boîte à musique. Le personnage devient une sorte de Gollum prêt à tout pour récupérer « son précieux »… Une idée qui aurait pu être excellente si elle avait été exploitée plus tôt dans le récit et déclenché une sorte de guerre des vœux entre les protagonistes.

Il n’y a pas grand chose à récupérer dans I wish. Il fait partie de cette panoplie de films d’horreur qu’on aimerait ne plus voir et qui malheureusement ont l’honneur de sortir en salle. Le genre de film qui n’aide pas à redorer le blason des films d’horreur auprès du grand public. Mais vous, lecteurs d’Au coeur de l’horreur, vous le savez, les pépites existent, partagez les auprès de votre entourage !

[vc_row][vc_column][vc_text_separator title="Synopsis"][vc_row_inner][vc_column_inner][vc_column_text]"Pas facile de survivre à l'enfer du lycée, Claire Shannon et ses copines en savent quelque chose. Du coup, quand son père lui offre une ancienne boîte à musique dont les inscriptions promettent d'exaucer tous ses vœux, Claire tente sa chance. Et ça marche ! Argent, popularité, petit ami, tout semble parfait. Mais le rêve a un prix : au fur et à mesure de ses souhaits, des personnes de son entourage meurent dans des conditions particulièrement atroces. Claire le sait : elle doit se débarrasser de la boîte pour sauver sa vie et celle de ses proches avant de faire le voeu de trop."[/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_text_separator title="Critique"][vc_row_inner][vc_column_inner][vc_column_text] [dropcap style="style1"]F[/dropcap]aites que ça s’arrête… Voilà l’unique vœu que l’on souhaite faire pendant la projection de I Wish. Être chroniqueur sur Au cœur de l’horreur, ça a du bon. On parcourt les festivals, on découvre de beaux films, parfois de petites pépites, aussi bien en long métrage qu’en court, on est invité aux avant-premières, la belle vie ! Et parfois, on tombe sur des films comme I Wish, et là l’engouement retombe aussi sec. Rarement on aura vu un film aussi mauvais. Ça ne peut pas être pire qu’Annabelle ou Ouija me direz-vous. Ça se vaut, c’est vrai, quoique, après mûre réflexion (disons 2 secondes), en fait si, c’est pire ! Toutes mes excuses monsieur John R. Leonetti, mais après Annabelle et I Wish, je pense que vous allez être blacklisté chez nous si vous continuez sur cette lancée. Et rebelote ! On se retrouve dans un lycée avec des adolescents dégénérés, des pompomgirls, des geeks, des joueurs de football américain, bref toute la daube habituelle. Et on a notre personnage principal, Claire, qui est une jeune fille pure et innocente, évidemment, et qui souffre de la méchanceté de ses vilains camarades. Et en plus elle a perdu sa mère étant petite. Manquerait plus qu’elle se suicide et qu’elle nous fasse chier à l’expliquer et à faire culpabiliser ses camarades sur 13 cassettes audio (oui, 13 reasons Why m’insupporte…) Mais la vie de Claire va changer lorsque son père, qui adore faire les poubelles avec son pote black, va trouver une boîte à musique étrange, avec des anciennes inscriptions chinoises, et l’offrir à sa fille. Quel beau cadeau n’est-ce pas ? Il s’avère que cette boîte a le pouvoir d’exaucer les vœux. Claire va s’en donner à cœur joie avant de comprendre que chaque vœu entraîne la mort d’un de ses proches. Non seulement le pitch de I Wish est extrêmement classique, mais le développement du scénario fait preuve d’une fainéantise navrante. Problèmes de rythme, manque de cohérence, personnages insipides, dénouement ridicule et aucun effort pour créer des scènes terrifiantes. John R. Leonetti se contente de quelques jump scares inutiles qui reposent essentiellement sur le son. Si on peut appeler ça encore du son… car le sursaut ne provient pas de ce que l’on voit à l’image, des effets de mise en scène ou de la situation, mais d’un bruit tonitruant qui sature et explose les enceintes de…

2

10

NOTE

2

Note des internautes : Soyez le premier à voter !
2

Informations

I Wish - faites un vœu

I-Wish-faites-un-vœu-critique-film-horreur

Date de sortie : 26 juillet 2017

Réalisateur : John R. Leonetti

Scénariste : Barbara Marshall

Acteurs : Joey King, Ryan Phillippe, Ki Hong Lee…

Genre : Horreur

Pays d’origine : États-Unis

Lien IMDB

Krueger

Rédacteur en chef du site Au coeur de l'horreur et président de l'association, je suis un passionné du cinéma d'horreur sous toutes ses formes. Je dois bien avouer avoir un faible pour tout ce qui se rapporte au gore, aux gros nichons et au sanguinolent. Je reste néanmoins doté d'une sensibilité à toute épreuve.

Commentaires