logo-site

Open Grave (Note: 7/10)

3 janvier 2014
Non classé

Date de sortie: 3 Janvier 2014 (USA)

Réalisateur: Gonzalo Lopez-Gallego

Scénario : Chris et Eddie Borey

Acteurs: Sharlto Copley, Thomas Kretschmann, Josie Ho, Joseph Morgan, Erin Richards…

Société de production : Atlas Entertainment

Genre: Epouvante-horreur, Thriller

Pays d’origine: États-Unis

 

Synopsis :
“Un homme se réveille dans un puits rempli de cadavres. Il se demande si ses sauveteurs sont responsables de ce massacre ou s’il est lui-même le meurtrier.” (Synopsis Allociné)

 

Critique:
Hier soir, ma mère me téléphone : “mon doudou, ton géniteur et moi avons regardé un film que tu avais posté sur ton fameux site internet qui est aujourd’hui la risée de notre famille, trouve-toi un job s’il te plaît! Bref, il s’appelle “Open Grave” et même si on n’aime pas les films d’horreur, on a trouvé ça vachement bien!”
Toujours très attentif à l’opinion de cette vieille peau, je m’empresse de regarder “Open Grave” sur lequel je voulais justement écrire une critique.

Après « Les proies » et « Apollo 18 », le talentueux réalisateur espagnol Gonzalo Lopez-Gallego revient donc avec ce nouveau long métrage. Le rôle principal est interprété par Sharlto Copley récemment remarqué dans « Elysium » et « District 9 ».

joseph-morgans-open-grave-three-weeks-video

Mes chers parents, encore une fois je me dois de vous donner raison, « Open Grave » est une agréable surprise. Et si on apprécie ce film à sa juste valeur, je soupçonne que ce soit également par nostalgie. “Open Grave” nous renvoie à tous ces films de qualité de la fin des années 90 et début 2000, qui avaient comme sujet la perte de mémoire ou le réveil dans un lieu inconnu. Des sujets récurrents qu ont fini par lasser à l’époque, mais qui apparemment fonctionnent aujourd’hui.
On pense forcément à « Memento » de Christopher Nolan ou “Memories” de Roland Suso Richter. Le fait de se retrouver dans un lieu inconnu, la paranoïa qui se développe chez les protagonistes nous renvoi à des films comme “Cube” de Vincenzo Natali ou l’incroyable “Identity” de James Mangold.

La force d’Open Grave est de réutiliser un schéma scénaristique assez classique et de le remettre au gout du jour, en particulier en ajoutant un aspect horrifique et fantastique qui renforce le côté énigmatique de la situation.

open-grave-photo-5271375177685 Untitled-1

La qualité du film est à l’image de sa première séquence. Un homme se réveille au fond d’un puits, au beau milieu d’un tas de cadavres, totalement amnésique. L’image est superbe, l’ambiance sonore angoissante (en pleine forêt une nuit d’orage) accompagnée d’une musique stridente. L’interprétation du personnage principal est troublante et très réaliste. Une femme vient lui porter secours et le voilà au milieu d’une forêt inconnue, dans une maison en compagnie de personnes souffrant du même symptôme. Une première séquence qui laisse le spectateur dans le flou en adéquation avec le personnage principal. On sent que le film va jouer avec nos nerfs. Une ambiance intrigante qui sera maintenue tout le long du film jusqu’à un final intéressant.

“Open Grave” est donc la preuve qu’un bon film se réalise dans un premier temps  sur le papier, à l’écriture du scénario. Une bonne idée, un univers maîtrisé, un bon développement et une chute inattendue et pas trop conne.

19539504_20131031100445248.jpg-c_640_360_x-f_jpg-q_x-xxyxx

Et pourtant en tant que spectateurs habitués à ce genre de scénario on a de quoi s’inquiéter.  Qui dit film sur la perte de mémoire dit forcément des scènes de flashback représentant les vagues souvenirs des personnages. Effectivement, notre personnage est sujet à des souvenirs douloureux, assez glauques et on redoute la chute prévisible : il s’agit d’un tueur schizophrène et amnésique. Rassurez-vous, le film est bien plus malin que ça.

“Open Grave” est une véritable réflexion sur l’instinct animal de l’homme. Sans mémoire, il ne peut faire confiance qu’à ses réflexes, ses ressentiments, ses intuitions et apprendre  ainsi à se connaitre. Plongé dans un groupe souffrant des mêmes troubles de mémoire, la paranoïa prend le dessus, chaque geste devient suspect et interprété, les conflits s’enveniment et le premier instinct ressurgi : la survie. Un seul personnage semble savoir ce qui se passe, pas de bol, il est muet, c’est ballot !

Ce nouveau film de Gonzalo Lopez-Gallego est un très bon thriller psychologique, saupoudré d’un univers horrifique que je ne développerai pas par peur de spoiler.
L’interprétation des comédiens est juste et la mise en scène soignée et extrêmement efficace (le dernier plan du film est tout simplement spectaculaire).

Pour un film qui est apparemment sorti directement en DVD aux États-Unis, et qui a su séduire mes vieux parents croulants malgré l’aspect horrifique, je dis chapeau !

Krueger

Note : 7/10

open-grave-poster

Avatar

Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip.

Commentaires