logo-site

(L’Étrange Festival) V/H/S/2 (note : 6/10)

Réalisateurs: Simon Barrett, Jason Eisener, Gareth Evans, Gregg Hale, Edouardo Sanchez, Timo Tjahjanto, Adam Wingard

Acteurs: Kelsy Abbott , Hannah Al Rashid , Fachry Albar…

Genres: Horreur

Pays: Etats-Unis, Canada, Indonésie

Date de sortie: 6 juin 2013 (USA), pas de date prévue en France.

Durée: 96min

 

Synopsis :

Deux détectives privés filment en permanence leurs enquêtes et profitent de ces images pour soutirer de l’argent aux victimes concernées.
Enquêtant sur la disparition d’un étudiant, ils se rendent dans une maison abandonnée et tombent sur une pile de cassettes VHS.
Pendant que l’un fouille la maison, l’autre décide de visionner l’ensemble de ces cassettes. La femme détective va assister à des scènes horribles.

VHS2-Clip26 sxswvhs2tummy_large

A l’occasion de l’Étrange Festival 2013, nous avons l’agréable surprise de pouvoir redécouvrir l’univers de ces courts métrages horrifiques grâce à V/H/S/2.
Le premier V/H/S avait marqué les esprits et fut très remarqué lors du festival de Sundance 2012 pour sa première projection en salle. Il s’agira du premier film d’horreur à recevoir un titre d’honneur au festival. Le film fera d’autant plus parlé de lui que deux personnes durent quitter la salle pendant la projection, l’une pour perte de connaissance et l’autre à cause de nausée (rooh un peu de dignité bordel !).

V/H/S présentait un concept ambitieux et intriguant, utilisant le found footage et réussissant, malgré ses nombreux défauts, à nous faire frémir.
L’accueil des critiques fut mitigé mais le film avait eu le mérite d’en faire réagir plus d’un et présentait, incontestablement, un certain charme. Il était donc évident que le concept de V/H/S reviendrait pour un deuxième film : V/H/S/2.
Une suite encore plus horrifique, beaucoup plus sanglante et plus barrée que le premier volet.

Le concept de ces deux films est la succession de courts métrages horrifiques en found footage par l’intermédiaire du visionnage de cassettes VHS. On peut ainsi découvrir l’univers de différents réalisateurs dont le très talentueux Ti West (The Innkeepers, Cabin Fever 2, The House of the Devil) dans V/H/S ou encore Eduardo Sanchez (The Possession, Le Projet Blair Witch) dans V/H/S/2.

Déjà agréablement surpris du premier V/H/S, c’est avec curiosité que j’attendais ce nouveau film qu’est V/H/S/2. Aucune déception, cette suite est une grande réussite et l’univers de ces petits films nous comble d’horreur, d’angoisse, de gore, d’apparitions effrayantes et de suspense. Les films sont à l’image de cette superbe bande-annonce réussie.

On reprend donc le fameux concept du premier, mettant en image une histoire centrale qui n’est qu’un prétexte (utile ou non…) pour nous faire découvrir ces savoureux courts métrages. Nous qui cherchons, sur Au Cœur De L’Horreur, à mettre en avant des courts métrages horrifiques, ne pouvons qu’être comblés par ce genre de concept. Un procédé que l’on retrouve également dans The Theatre Bizarre, sorti l’année dernière (The Theatre Bizarre 2 mettra en avant les réalisateurs français : Xavier Gens, Pascal Laugier, Julien Maury, Alexandre Bustillo, Gaspar Noé…).

V/H/S/2 nous présente quatre courts métrages différents. (Attention la suite de l’article dévoile les synopsis des courts métrages).

Le premier film met en scène un homme qui vient de se faire opérer de l’œil et qui a accepté de tester un concept tout nouveau : l’implantation d’une caméra dans l’œil. Seulement, cette opération va lui infliger des visions effrayantes avec de nombreuses apparitions de fantômes (Une histoire qui n’est pas sans nous rappeler The Eyes).
Le film est efficace malgré des apparitions peu effrayantes et des réactions incohérentes et disproportionnées de la part des personnages.

Le deuxième film est original. Un fan de vélo part en balade en forêt avec des caméras Gopro et se fait attaquer par des zombies. Après avoir été infecté, on va suivre son périple en tant que zombie. En voilà une belle idée qui nous permet d’apprécier ou non, une vie en tant que zombie. Le film est très bien construit et la chute permet d’aborder avec subtilité, d’un simple geste, la conscience du zombie sans rentrer dans une personnification trop explicite et difficilement crédible à la Warm Bodies.

V_H_S_2_36298

C’est là qu’arrive l’apothéose de ce V/H/S/2 avec ce troisième film qui est le plus marquant de la série.
Une équipe de reportage insiste pour pénétrer dans un temple accueillant une sorte de secte religieuse afin d’interviewer leur « Gourou ». La situation va très vite dégénérer et on va avoir droit à toute sorte d’évènements horrifiques toutes plus hallucinantes les unes que les autres. Un véritable récital de monstres, de cris, de folie, de gore, de baston, de sang, de coups de feu, de perversité, la totale ! Le film est esthétiquement très réussi, dont une scène qui fait froid dans le dos et que vous apercevez dans la bande annonce : le suicide collectif ! Une séquence qui fait penser à un tableau de Yue Minjun par son côté communiste et glauque (la partie culturelle de cette critique, j’ai vu une expo dans ma vie il fallait bien qu’elle me serve).
Le film se termine sur une situation ridicule, assumée et hilarante.

On en arrive à la dernière vidéo, peut-être la moins effrayante des quatre.
Un jeune garçon s’amuse, accompagné de ses potes, à taquiner sa grande sœur et son copain pendant que les parents sont absents. Une attaque extraterrestre va mettre fin à leur petit jeu.
Ces extraterrestres ne sont pas très effrayants, assez mal faits et l’évolution de la situation est bien trop fouillis pour nous captiver. On croit difficilement au suivi de la caméra que le personnage a décidé d’accrocher au dos du chien. Heureusement que ce chien est très collant, même lors des attaques et surtout très bon cadreur (après Uggie, le chien acteur de The Artist, une nouvelle vocation de chien cadreur est née !).

Cette suite de V/H/S est plus courte que le précèdent (ce qui n’est pas plus mal) et privilégie la qualité de ses films. On pourra reprocher au film quelques incohérences sur le placement de la caméra subjective (on préfèrera l’utilisation du found footage dans The Bay de Barry Levinson), quelques effets spéciaux ratés et des comédiens parfois limite. L’intrigue principale du film est également décevante en comparaison des courts métrages proposés. Malgré ces petits défauts, V/H/S/2, à l’image de son prédécesseur reste toujours aussi séduisant. On apprécie la multitude d’univers horrifiques, les idées de mise en scène et les touches régulières d’humour.

Même si certains pourront être déçus par un ou deux courts métrages, le film vaut le détour ne serait-ce que pour ce petit bijoux qu’est Safe Haven (le film sur la secte) réalisé par  Timo Tjahjanto et Gareth Evans (réalisateur remarqué avec The Raid).

Krueger

Note : 6/10

V-H-S-2_Poster_4_23_13

Avatar

Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip.

1 Comments

  1. Avatar

    Le premier était vraiment sympathique (j’avais adoré le “design” du tueur dans le court sur la forêt), mais cet opus malgré le 3ème segment m’a paru fade, tellement que j’ai plus apprécié les moments entre chaque vidéo ^^. Mais j’attends avec impatience un V/H/S 3 ! Autant qu’un ABC’s of death 2. Les films à sketchs c’est plutôt fun !

Commentaires