(PIFFF) All Cheerleaders Die (Note: 4/10)

Pays de production : États-Unis | Année de production : 2013

Réalisation : Lucky McKee, Chris Sivertson

Scénario : Lucky McKee, Chris Sivertson | Photo : Greg Ephraim

Musique : Mads Heldtberg | Production : Andrew van den Houten

Interprètes : Caitlin Stasey, Sianoa Smit-McPhee, Brooke Butler, Amanda Grace Cooper

Vendeur : ModernCine

 

Synopsis :
« Une lycéenne rejoint l’équipe de pom-pom girls et part bientôt dans une croisade violente et surnaturelle contre les garçons de l’équipe de football… » (Synopsis PIFFF)

 

Critique :
Les deux amis Lucky McKee et Chris Sivertson renouent avec leur début de réalisateur en adaptant leur propre film, All cheerleaders Die, tourné en 2001.
Lucky McKee, réalisateur de talent notamment avec son long-métrage May (2002), film intéressant et touchant qui nous présentait une fille totalement introvertie et fanatique de poupées (au point de s’en fabriquer une avec des parties du corps humain). Mais également réalisateur controversé avec le film The Woman (2011) auquel on reprochait d’être misogyne (Souvenez-vous de cette polémique lors du festival de Sundance où un spectateur, totalement outré, est sorti de salle en dénonçant le film. La vidéo avait tourné sur internet et créé un petit buzz).
Chris Sivertson n’est pas non plus un inconnu puisqu’il a réalisé le très bon The Lost (2005), adaptation du roman policier de Jack Ketchum, et I Know Who Killed Me (2007), film mettant en scène Lindsay Lohan et malheureusement mal accueilli par les critiques.

Dans les grandes lignes, All Cheerleaders die raconte l’histoire d’un groupe de Pom-pom girls trouvant la mort dans un accident de voiture provoqué par les quarterbacks. Une autre étudiante, passionnée de sorcellerie, va leur permettre de retrouver possession de leur corps. Elles deviennent une sorte de vampire et doivent se nourrir de sang. C’est évidemment les quarterbacks qui vont morfler !

all-cheerleaders-die_toronto

Enfin un teen movie avec des filles canons à gogo et du sang qui gicle, on en voulait au moins un dans cette sélection du Paris International Fantastic Film Festival.

Malheureusement, le film est complétement bidon. On relèvera seulement la première séquence choc et assez jouissive, ridiculisant une des pom-pom girls en un clin d’œil.
C’est d’ailleurs le genre d’ambiance qu’on aurait espéré avec ce film, une succession de morts trashs de ces cheerleaders.
Mais nos réalisateurs  souhaitent donner dans l’originalité et après tout, pourquoi pas ! Sauf qu’à vouloir être original, le film sombre dans un grand n’importe quoi et qui plus est, accompagné d’un humour pathétique.
On a le droit à un fourre-tout assez médiocre, entre teen movie, sorcellerie, vampirisme, slasher, le film perd de son identité et cet univers second degré est maladroit et ennuyant.
Les personnages sont certes clichés (c’est évidemment le but de l’ambiance teen movie) mais il est impossible d’éprouver une quelconque sympathie envers eux.
On se fout royalement de l’intrigue principale, elle ne présente aucun intérêt et on souhaite seulement que tout le monde crève, point barre. D’autant plus que l’acte final est interminable. Allez faites vite, que les cris de ces nanas décérébrées cessent à tout jamais.

Que dire de ce grand méchant du film ? Ce musclé quarterback noir… (merde, on va me traiter de raciste !)
Une méchanceté tellement ridicule et injustifiée que le personnage aurait mérité de jouer dans une pub Orangina rouge.

Et sachez qu’on n’est pas au bout de nos surprises, car la fin du film nous annonce qu’il s’agit seulement d’une première partie. Fuyons !

Krueger

Note : 4/10

acd_poster_one_final_lrg_copy