Au coeur de l'horreur

American Mary

Synopsis

Mary est une brillante étudiante en médecine. Pour résoudre ses problèmes d’argent, elle va postuler en tant que gogo danseuse mais les circonstances vont la pousser à accepter un travail de chirurgien et à opérer un homme venant d’être torturé. Son travail remarqué fera l’objet d’un bouche à oreille qui la conduira à développer sa carrière dans le domaine de la chirurgie clandestine.

Critique

Fidèle au sujet qu’elle traite, la mise en scène des sœurs Soska est chirurgicale. Chaque plan est minutieusement soigné et le montage du film multiplie les gros plans de découpe lors des opérations. Un véritable jeu s’instaure entre la chirurgie montrée à l’image et le montage chirurgical du film.

A la vision du film, on se dit que le domaine de la chirurgie clandestine est vraiment propice au cinéma de genre et cela paraît même étonnant qu’il n’ait pas été plus souvent exploité. Un univers extrêmement glauque, parfois écoeurant, qui a la possibilité de nous mettre réellement mal à l’aise devant notre écran. Une possibilité malheureusement mal exploitée par nos deux réalisatrices qui n’arrivent jamais à nous surprendre ni à partager la moindre sensation malgré de nombreuses scènes un peu choques.

Un échec en partie dû à la prestation de Katharine Isabelle, tellement belle qu’on en vient à regretter que sa beauté ne soit pas à l’image de ses talents de comédienne (J’exagère un peu, on a déjà vu bien pire comme comédienne). Un jeu qui demandait énormément de sensibilité et qui, je pense, n’est pas aidé par le développement du personnage ni par la direction des réalisatrices.

La beauté de Katharine Isabelle est d’ailleurs indispensable au film. Elle vient contraster avec les opérations surréalistes que lui demande ses clients, leur donnant parfois des allures monstrueuses. Une beauté naturelle face à des transformations superficielles du corps. Et soyons sincère, une beauté qui nous hypnotise à l’aide de différentes tenues alléchantes et qui nous permet de tenir jusqu’à la fin du film malgré certaines longueurs (paroles de quéquettes évidemment).

Le scénario est pourtant bien construit et l’évolution du personnage est intéressante quoique trop brutale. Katharine Isabelle est présentée comme un personnage assez excentrique, croquant la vie à pleines dents et relativisant ses conditions de vie. Un caractère qui minimise ses premières expériences en chirurgie clandestine même si la réaction du personnage essaie de nous transmettre sa détresse. Une joie de vivre un peu trop présente destinée à créer un contraste dans l’évolution du personnage, devenant extrêmement froid et sanglant. Un changement brusque, qui est évidemment justifié, mais qu’on a dû mal à éprouver en tant que spectateur. Ce côté soudain obscur du personnage est excessif et atténue l’ambiance glauque de certaines scènes.

L’intrigue du film aurait pu être mieux exploitée. Le film abordant le thème de la vengeance, on aurait souhaité que celui-ci développe une petite chasse à l’homme ou encore s’attarde plus longtemps sur la torture exploitant les techniques chirurgicales. Seulement le film aborde trop vite toutes ses possibilités et efface toutes les tensions pour péniblement tenter à la fin de créer un dénouement, malheureusement inintéressant. A vouloir traiter trop de thèmes à la fois, les sœurs Soska ne prennent pas la peine de leurs donner l’importance qu’ils méritent.

American Mary est tout de même un film à voir pour les amoureux du cinéma de genre. Le thème de la chirurgie est assez passionnant et divertissant, la mise en scène est remarquable et la panoplie de personnages apporte une touche humoristique au film assez agréable.

[vc_row][vc_column][vc_text_separator title="Synopsis"][vc_row_inner][vc_column_inner][vc_column_text]Mary est une brillante étudiante en médecine. Pour résoudre ses problèmes d’argent, elle va postuler en tant que gogo danseuse mais les circonstances vont la pousser à accepter un travail de chirurgien et à opérer un homme venant d’être torturé. Son travail remarqué fera l’objet d’un bouche à oreille qui la conduira à développer sa carrière dans le domaine de la chirurgie clandestine.[/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_text_separator title="Critique"][vc_row_inner][vc_column_inner][vc_column_text] [dropcap style="style1"]F[/dropcap]idèle au sujet qu’elle traite, la mise en scène des sœurs Soska est chirurgicale. Chaque plan est minutieusement soigné et le montage du film multiplie les gros plans de découpe lors des opérations. Un véritable jeu s’instaure entre la chirurgie montrée à l’image et le montage chirurgical du film. A la vision du film, on se dit que le domaine de la chirurgie clandestine est vraiment propice au cinéma de genre et cela paraît même étonnant qu’il n’ait pas été plus souvent exploité. Un univers extrêmement glauque, parfois écoeurant, qui a la possibilité de nous mettre réellement mal à l’aise devant notre écran. Une possibilité malheureusement mal exploitée par nos deux réalisatrices qui n’arrivent jamais à nous surprendre ni à partager la moindre sensation malgré de nombreuses scènes un peu choques. Un échec en partie dû à la prestation de Katharine Isabelle, tellement belle qu’on en vient à regretter que sa beauté ne soit pas à l’image de ses talents de comédienne (J’exagère un peu, on a déjà vu bien pire comme comédienne). Un jeu qui demandait énormément de sensibilité et qui, je pense, n’est pas aidé par le développement du personnage ni par la direction des réalisatrices. La beauté de Katharine Isabelle est d’ailleurs indispensable au film. Elle vient contraster avec les opérations surréalistes que lui demande ses clients, leur donnant parfois des allures monstrueuses. Une beauté naturelle face à des transformations superficielles du corps. Et soyons sincère, une beauté qui nous hypnotise à l’aide de différentes tenues alléchantes et qui nous permet de tenir jusqu’à la fin du film malgré certaines longueurs (paroles de quéquettes évidemment). Le scénario est pourtant bien construit et l’évolution du personnage est intéressante quoique trop brutale. Katharine Isabelle est présentée comme un personnage assez excentrique, croquant la vie à pleines dents et relativisant ses conditions de vie. Un caractère qui minimise ses premières expériences en chirurgie clandestine même si la réaction du personnage essaie de nous transmettre sa détresse. Une joie de vivre un peu trop présente destinée à créer un contraste dans l’évolution du personnage, devenant extrêmement froid et sanglant. Un changement brusque, qui est évidemment justifié, mais qu’on a dû mal à éprouver en tant que spectateur. Ce côté soudain obscur du personnage est excessif et atténue l’ambiance glauque de certaines scènes. L’intrigue du film aurait pu être mieux exploitée. Le film abordant le thème de la vengeance, on aurait souhaité que celui-ci développe une petite chasse à l’homme ou encore s’attarde plus longtemps sur la torture exploitant les techniques chirurgicales. Seulement le film aborde trop vite toutes ses possibilités et efface toutes les tensions pour péniblement…

5

10

Note

5

Note des internautes : Soyez le premier à voter !
5

Informations

Titre original : American Mary

Réalisation : Jen Soska, Sylvia Soska

Casting : Katharine Isabelle, Antonio Cupo, David Lovgren…

Genre : Epouvante-horreur

Pays : Américain, canadien

Date de sortie : 11 janvier 2013

Lien IMDB

Lien Allocine

Articles suggérés

Muck

Krueger

4

10

Sinister 2

Krueger

4

10

Kristy

Tetsuo

Laissez un commentaire

Au Coeur de l'Horreur utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience et optimiser les fonctionnalités des réseaux sociaux. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies dans les conditions prévues par notre politique de confidentialité. En savoir plus et gérer les cookies. Accepter En savoir plus