Au coeur de l'horreur

Antiviral

Synopsis

La communion des fans avec leurs idoles ne connaît plus de limites.
Syd March est un employé d’une clinique spécialisée dans la vente et l’injection de virus ayant infecté des stars. Mais il vend aussi ces échantillons, pour son propre compte, à de puissantes organisations criminelles. Sa méthode pour déjouer les contrôles de la clinique : s’injecter les virus à lui-même…
Mais ce procédé va s’avérer doublement dangereux : porteur du germe mortel ayant contaminé la star Hannah Geist, Syd devient une cible pour les collectionneurs…

Critique

Si l’idée sur le papier peut paraître bonne, on n’y croit pas une seconde en regardant le film. Voulant à tout prix dénoncer l’engouement que les gens éprouvent face aux stars, Brandon Cronenberg pousse son sujet jusqu’à la caricature et on se dit que cette histoire de virus ADN est vraiment tirée par les cheveux (ahah).

Si on ne connaît pas l’histoire avant de regarder le film, on lutte réellement pour comprendre l’idée pendant les 30 premières minutes. Une fois celle-ci difficilement intégrée, Brandon Cronenberg en rajoute une couche avec la vente de viande créée à partir d’échantillons de stars. La pilule est difficile à avaler…

Sans tomber dans la comparaison un peu facile, le fils reprend les thématiques du père (David Cronenberg) mais en enlève toute la subtilité. On a l’impression d’assister à une vision délirante et égoïste d’un étudiant en cinéma.

Le film est visuellement très soigné. Le réalisateur nous offre une image clinique et aseptisée. Tout est très blanc, très froid, insensible. La caméra ne bouge que très rarement. Tout est fixe, travaillé minutieusement. Malheureusement, cette image, qui a certes beaucoup de charme, n’est pas un point positif du film car elle instaure une distance par son absence d’humanité. Les plans se répètent et donnent l’impression que le film n’avance pas.

Un parti pris volontaire mais qui nous empêche toute identification avec un personnage très froid, trop sûrement. Le film n’arrive jamais à nous émouvoir ni nous choquer réellement malgré de nombreuses tentatives.

Après l’exposition de cette fausse bonne idée, le film s’éfforce d’instaurer une intrigue. Notre personnage ayant contracté un virus inconnu cherche à en connaître l’origine pour trouver l’antidote. Vu le peu d’affection qu’on a pour lui, son manque de personnalité et sa lassitude exaspérante, on préfèrerait qu’il claque au plus vite.

Le film est une succession de piqures (réalisées à même la peau sur le tournage). On finit par se lasser de voir toutes ces seringues au point d’avoir l’impression d’être nous-mêmes sous anesthésie générale… On compte jusqu’à dix et… (Impressionnant d’efficacité).

Les amoureux de l’image y trouveront peut-être un certain intérêt… quoique…

[vc_row][vc_column][vc_text_separator title="Synopsis"][vc_row_inner][vc_column_inner][vc_column_text]La communion des fans avec leurs idoles ne connaît plus de limites.
Syd March est un employé d’une clinique spécialisée dans la vente et l’injection de virus ayant infecté des stars. Mais il vend aussi ces échantillons, pour son propre compte, à de puissantes organisations criminelles. Sa méthode pour déjouer les contrôles de la clinique : s’injecter les virus à lui-même…
Mais ce procédé va s’avérer doublement dangereux : porteur du germe mortel ayant contaminé la star Hannah Geist, Syd devient une cible pour les collectionneurs…[/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_text_separator title="Critique"][vc_row_inner][vc_column_inner][vc_column_text] [dropcap style="style1"]S[/dropcap]i l’idée sur le papier peut paraître bonne, on n’y croit pas une seconde en regardant le film. Voulant à tout prix dénoncer l’engouement que les gens éprouvent face aux stars, Brandon Cronenberg pousse son sujet jusqu’à la caricature et on se dit que cette histoire de virus ADN est vraiment tirée par les cheveux (ahah). Si on ne connaît pas l’histoire avant de regarder le film, on lutte réellement pour comprendre l’idée pendant les 30 premières minutes. Une fois celle-ci difficilement intégrée, Brandon Cronenberg en rajoute une couche avec la vente de viande créée à partir d’échantillons de stars. La pilule est difficile à avaler… Sans tomber dans la comparaison un peu facile, le fils reprend les thématiques du père (David Cronenberg) mais en enlève toute la subtilité. On a l’impression d’assister à une vision délirante et égoïste d’un étudiant en cinéma. Le film est visuellement très soigné. Le réalisateur nous offre une image clinique et aseptisée. Tout est très blanc, très froid, insensible. La caméra ne bouge que très rarement. Tout est fixe, travaillé minutieusement. Malheureusement, cette image, qui a certes beaucoup de charme, n’est pas un point positif du film car elle instaure une distance par son absence d’humanité. Les plans se répètent et donnent l’impression que le film n’avance pas. Un parti pris volontaire mais qui nous empêche toute identification avec un personnage très froid, trop sûrement. Le film n’arrive jamais à nous émouvoir ni nous choquer réellement malgré de nombreuses tentatives. Après l’exposition de cette fausse bonne idée, le film s’éfforce d’instaurer une intrigue. Notre personnage ayant contracté un virus inconnu cherche à en connaître l’origine pour trouver l’antidote. Vu le peu d’affection qu’on a pour lui, son manque de personnalité et sa lassitude exaspérante, on préfèrerait qu’il claque au plus vite. Le film est une succession de piqures (réalisées à même la peau sur le tournage). On finit par se lasser de voir toutes ces seringues au point d’avoir l’impression d’être nous-mêmes sous anesthésie générale… On compte jusqu’à dix et… (Impressionnant d’efficacité). Les amoureux de l’image y trouveront peut-être un certain intérêt… quoique… [taq_review] [/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_text_separator title="Informations"][vc_row_inner css=".vc_custom_1456068612719{margin: 1px !important;background-color: #f2f2f2 !important;}"][vc_column_inner width="1/2"][vc_single_image image="10231" img_size="large" onclick="link_image"][/vc_column_inner][vc_column_inner width="1/2" css=".vc_custom_1456068622164{padding-top: 10px !important;padding-right: 10px !important;padding-bottom: 10px !important;padding-left: 10px !important;}"][vc_column_text css=".vc_custom_1536972289761{padding-top: 30px !important;}"]Titre original : Antiviral Réalisation : Brandon Cronenberg Casting : 
Caleb Landry Jones, Sarah Gadon, Malcolm McDowell… Genre : Science fiction, Thriller Pays : Canada Date de sortie : 
13 février 2013 Lien IMDB Lien Allocine[/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][/vc_row]

4

10

Note

4

Note des internautes : Soyez le premier à voter !
4

Informations

Antiviral-Affiche

Titre original : Antiviral

Réalisation : Brandon Cronenberg

Casting : 
Caleb Landry Jones, Sarah Gadon, Malcolm McDowell…

Genre : Science fiction, Thriller

Pays : Canada

Date de sortie : 
13 février 2013

Lien IMDB

Lien Allocine

Articles suggérés

5

10

Délivre nous du mal

Krueger

(Festival Mauvais Genre) Apocalyptic (Note : 6/10)

horreur

4

10

Kristy

Tetsuo

Laissez un commentaire

Au Coeur de l'Horreur utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience et optimiser les fonctionnalités des réseaux sociaux. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies dans les conditions prévues par notre politique de confidentialité. En savoir plus et gérer les cookies. Accepter En savoir plus