logo-site

(PIFFF) Odd Thomas (Note : 6/10)

23 novembre 2013



Pays de production : Etats-Unis/Année de production : 2013

Réalisation : Stephen Sommers

Scénario: Stephen Sommers, Dean R. Koontz/Photo : Mitchell amundsen

Musique: John Swihart/Production : Howard Kaplan, Stephen Sommers

Interprètes : Anton Yelchin, Ashley Sommers, Leonor Varela, Matthew Page

Distributeur : Factoris Films

 

Synopsis :
« Employé sans histoires dans un diner californien, Odd Thomas mène un combat contre les forces de l’Au-delà, qu’il côtoie au quotidien. » (Synopsis PIFFF)

 

Critique :
Vendredi 22 novembre, quatrième journée officielle du Paris International Fantastic Film Fesival (PIFFF) et cinquième film présenté en compétition.
Notre réalisateur, Stephen Sommers, est un spécialiste du bon divertissement et le prouve une nouvelle fois avec son dernier film, Odd Thomas.  L’homme est connu entre autres pour la réalisation des sympathiques « La Momie » et « Le Retour de la Momie » ainsi que « Van Helsing » ou « G.I. Joe – Le réveil du Cobra ».
Odd Thomas est une adaptation du livre du même nom de Dean Koontz.

Odd Thomas est un film sans prétention qui allie avec justesse l’univers fantastique et celui du thriller. L’objectif n’est pas de renouveler le genre, mais de nous faire passer un bon moment, empreint d’émotions et d’humours, et de le faire avec sincérité.
Malgré quelques maladresses, le film est réellement attachant et a le mérite d’être généreux grâce au regard d’un réalisateur passionné. Un attachement qui s’apparente à celui qu’on éprouve envers le personnage principal.
Odd Thomas est un jeune employé de restaurant. Il est fou amoureux d’une fille avec qui il entretient une relation depuis tout petit. Mais l’homme est doté d’un pouvoir qu’il considère comme un cadeau, celui de voir les morts ainsi que des âmes maléfiques dont la présence signal un drame à venir.

Remarquablement interprété par Anton Yelchin, ce personnage principal nous emplie de sympathie. Il est drôle, charismatique, et sa relation amoureuse (avec la magnifique comédienne Addison Timlin) est d’une sincérité touchante. Le couple est idyllique, déjà installés au début du film. On nous épargne ainsi la rencontre amoureuse clichée et tout ce qui en découle.

Dans Odd Thomas, on se concentre sur l’action et l’intrigue principale. La narration est bien construite et le suspense est au rendez-vous. Le début du film nous séduit par la découverte de l’univers fantastique et la suite nous plonge dans une enquête palpitante. La présence des âmes maléfiques est une chose, mais comprendre ce qu’il va réellement se passer relève de la déduction de notre personnage.
Même s’il ne s’agit pas de l’ambition première, le film parvient parfois à nous faire sursauter et à nous tenir en haleine.
Soyons sincère, ce film n’a rien d’extraordinaire, mais il est diablement efficace.

Certes, l’esthétique et la réalisation sont d’un classique parfois lassant. Des ralentis à tout va, un montage surdécoupé lors des scènes d’actions, des codes couleurs classiques du genre américain etc. Mais Stephen Sommers sait utiliser tous ces artifices de manière utile. On peut également souligner quelques effets numériques assez moches.

Sans vous spoiler la fin, sachez que celle-ci est d’une émotion déboussolante et donne une vraie claque au schéma classique du happy end.

Krueger

Note : 6/10

oddthomas_700x1000mm_v1


Avatar

Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip.

Commentaires