Au coeur de l'horreur

Courts métrages : My Sweet Gore, Etrange Festival 2015

Vous le savez, le court métrage est un format que l’on affectionne tout particulièrement sur Au Cœur de l’Horreur. Il faut avouer que nous avions été quelque peu déçus l’année dernière par la sélection de l’Étrange Festival. Néanmoins, nous avions eu un coup de cœur, il s’agissait de Baskin de Can Evrenol. Quelle ne fut pas notre surprise en apprenant que le court métrage avait été adapté en long, et surtout que celui-ci serait diffusé lors de cette nouvelle session de l’Étrange Festival. Malgré notre déception, le festival arrive toujours à nous sortir quelques pépites.

Cette année, le festival innove et nous propose 6 projections d’1h30 au lieu de 5 l’année dernière, et surtout, les classe par thèmes. Très bonne initiative qui permet au spectateur de sélectionner les séances selon ses affinités. Le côté parfois trop expérimental des films de l’année dernière nous avait quelque peu refroidi. On espère cette fois-ci trouver notre bonheur avec cette nouvelle recette. Un premier programme intitulé « My Sweet Gore », voilà qui annonce une sélection sanglante. Malheureusement, très peu de films ont retenu notre attention.

 

TWENTY FORTY THREE/Réalisation : Eugénie Muggleton/Pays : Australie/Genre : Fiction.

945_1280_1280_inside Un vrai film d’auteur qui revisite le thème du zombie et l’intègre dans une société clivée. Ici les zombies ne sont pas de dangereux prédateurs mais juste des gens victimes de ségrégation sociale. On les examine et on les tue. Mais ces infectés restent avant tout des humains et le film se focalise sur une histoire d’amour qui fait voler en éclat les conventions. Twenty Forty Three est un film visuellement soigné mais qui pèche légèrement par un rythme trop lent et des dialogues trop bavards.

 

THE GREY MATTER/Réalisation : Luke McCoubrey, Peter McCoubrey/Pays : Etats-Unis/Genre : Fiction.

933_1280_1280_inside The Grey Matter est signé par deux réalisateurs et nous propose un concept plutôt étrange. Un employé de bureau se réveille en pleine nuit dans la rue, ensanglanté, avec un énorme trou à l’arrière du crâne. Par la suite, l’homme entend une voix dans sa tête, il s’agit d’un petit monstre étrange lui donnant des conseils pour draguer une femme qu’il convoite depuis quelques temps. L’ambiance est totalement décalée, le film est bourré d’humour et met en scène d’excellents comédiens. On reste toutefois un peu sur sa faim avec cette histoire complètement loufoque.

 

KAIKEN JÄLKEEN/Réalisation : Pekka Sassi/Pays : Finlande/Genre : Fiction.

 

962_1280_1280_inside Un film en noir et blanc où deux hommes trimballent des cadavres dans un monde presque désertique, où la brutalité est omniprésente. Même lorsqu’un ange (pour le moins étrange) apparaît, aucune pitié n’est de mise. Kaiken Jälkeen est un film esthétiquement très beau, une belle image noir et blanc, de jolies plans et une atmosphère singulière. Seulement, le film est très long (30 min pour un court métrage ça commence à faire beaucoup) et il ne se passe pas grand chose. Le film se veut trop contemplatif et mystérieux et on n’échappe malheureusement pas à l’ennui.

 

GUMMIFAUST/Réalisation : Marc Steck/Pays : Allemagne/Genre : Fiction.

 

942_1280_1280_inside Gummifaust est sûrement le court métrage le plus intéressant du lot, surtout en termes de personnage. Alors qu’un critique est abasourdi par la médiocrité de la pièce de théâtre qu’il regarde, il ne peut s’empêcher de faire part de toutes ses remarques désobligeantes à son jeune voisin. Un accident survient pendant la pièce et notre critique sombre dans une folie à la fois meurtrière et théâtrale. Le personnage principal est très bien interprété et le réalisateur s’amuse à casser les barrières entre la fiction et la réalité dans une danse macabre et sanglante. Un effet très réussi.

 

SPLINTERTIME/Réalisation : Rosto/Pays : France/Belgique/Pays-Bas/Genre : Animation-Expérimental.

760_1280_1280_inside Gros point d’interrogation sur ce film… On ne comprend pas sa place dans une sélection « gore » et on se demande combien de pétards il faut fumer pour adhérer à l’univers. Spintertime est un film d’animation au design étrange mais intéressant. Une ambulance parcourt un décor de glace et transporte une infirmière et quelques esprits. Très bizarre…

 

BAD GUY#2/Réalisateur : Chris Mcinroy/Pays : Etats-Unis/Genre : Fiction.

 

943_1280_1280_inside Contrairement au précédent film, Bad Guy#2 est pour le coup, extrêmement gore. Un jeune homme rêve de gravir les échelons de la hiérarchie du crime et commet des meurtres très sanglants. C’est le type de film que l’on attend pour ce genre de sélection, c’est à dire bourré d’hémoglobine et d’humour. Et même si je ne suis pas trop réceptif a l’humour en question, le film est généreux, bien réalisé, et complètement déluré !

Articles suggérés

The Voices (L’Étrange Festival : Cérémonie d’ouverture)

Sadako

Palmares PIFFF 2015

Krueger

6

10

NH10

Tetsuo

Laissez un commentaire

Au Coeur de l'Horreur utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience et optimiser les fonctionnalités des réseaux sociaux. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies dans les conditions prévues par notre politique de confidentialité. En savoir plus et gérer les cookies. Accepter En savoir plus