Au coeur de l'horreur

Hush

Synopsis

Sourde et muette depuis l’âge de 13 ans, Maddy est une écrivaine à succès qui cherche l’inspiration pour son second roman. Elle décide de quitter le milieu urbain pour s’installer dans une maison au milieu des bois et se lie d’amitié avec sa nouvelle voisine, qui devient rapidement l’une de ses fans. Un soir, alors que Maddy cuisine, sa voisine est assassinée devant sa porte. Maddy, qui ne se rend compte de rien, va dès lors être la cible de ce tueur sanguinaire…

Critique

La simple lecture du pitch de Hush (Pas un bruit en français) suffit à refréner l’envie de s’y plonger. Il s’agit d’un Home Invasion qui se déroule une fois de plus dans une vaste demeure perdue au beau milieu des bois, et le film est produit par Blumhouse, qui nous a récemment gratifié de l’immonde remake de Martyrs. On connaît la recette de la maison, fast-food de l’horreur, et on s’attend nécessairement à un produit standardisé sans aucune saveur. Une seule lueur d’espoir à l’horizon, la présence de Mike Flanagan à la réalisation, l’auteur d’Oculus, considéré comme l’un des meilleurs crus de Blumhouse.

La principale originalité de Hush réside dans le choix d’une protagoniste sourde et muette. Car hormis cet aspect, l’histoire de Maddy ressemble à s’y méprendre à celle de bien d’autres héroïnes du genre. Quelle belle idée de venir en effet chercher l’inspiration dans une forêt reculée avec pour seule compagnie un chat (affublé du doux nom de “Bitch”) et un couple de voisins vivant à quelques kilomètres. La première victime sera, comme c’est si souvent le cas, sa voisine et nouvelle amie, qui tentera désespérément d’attirer l’attention de Maddy pour que celle-ci lui vienne en aide. La jeune femme a beau se faire trucider sur le palier de la maison, Maddy, trop occupée à cuisiner, n’entend rien et donc ne se doute de rien. C’est alors que le film bascule dans un jeu de chat à la souris où le bourreau masqué se rend très rapidement compte de l’handicap de Maddy et décide, tout bon psychopathe qu’il est, de s’amuser un peu avant d’en finir. Et lorsque ce dernier lui annonce clairement qu’il peut la tuer quand il le désire, le spectateur est pris d’effroi devant l’impuissance de Maddy, qui ne peut se repérer qu’à l’aide de la vue ou des vibrations. Maddy est incapable de détecter les signes sonores d’intrusion, telle qu’une fenêtre brisée, et semble donc à la merci de ce tueur sanguinaire. Mike Flanagan parvient à transmettre au spectateur un sentiment d’impuissance et créé une véritable empathie envers son personnage.

L’autre caractéristique qui démarque Hush des autres films du genre est le traitement du tueur qui, comme dans tout Home Invasion qui se respecte, porte un masque. Cependant, l’homme va ôter son masque dès le début du film, laissant apparaître un visage des plus banals. Un peu à la manière de Nicolas Cage découvrant le visage du fameux “Machine” dans 8 millimètres (sauf que la scène intervient à la toute fin du film). Voilà un point qui différencie très clairement Hush de films comme You’re Next ou The Stranger. Mike Flanagan n’a guère envie de jouer sur les fantasmes traditionnels du genre et préfère développer une histoire ancrée dans le réel. Le tueur n’est pas un surhomme doté d’une force herculéenne ou d’une intelligence redoutable, mais un homme qui, par ses erreurs successives et certains événements impromptus, est constamment sur le fil du rasoir et peut échouer à tout moment. A cet égard, la scène avec le voisin fait preuve d’une belle tension psychologique et rappelle avec force la fragilité humaine du tueur.

Malheureusement, Mike Flanagan n’a pas su maintenir la cohérence de son approche et cède dans le dernier tiers du film à certaines facilités scénaristiques et narratives, notamment lorsque Maddy imagine oralement les différents scénarios et issues possibles. Une ficelle scénaristique grossière, purement pédagogique, qui rompt définitivement avec le silence jusqu’ici imposé. On passera les autres facilités qui sont communes à bon nombre de films du genre (les objets traînant au bon endroit au bon moment) et que le réalisateur aurait pu éviter dans sa volonté de s’éloigner des clichés du genre.

Malgré ces faiblesses, force est de reconnaître que Mike Flanagan a su insuffler un vent de fraîcheur au genre, en détournant habillement certains codes et poncifs. Hush est un film soigné, à la réalisation certes classique mais efficace, qui a au moins le mérite de tenter une approche réaliste du Home Invasion. Mike Flanagan a du talent, mais risque malheureusement d’être happé par la machine marketing Blumhouse. Le réalisateur est ainsi aux commandes de Ouija 2, coproduit par Michael Bay et qui sortira en octobre de cette année. Le seul point positif de cette annonce est que Mike Flanagan pourra difficilement faire pire que le premier volet… Wait and see!

[vc_row][vc_column][vc_text_separator title="Synopsis"][vc_row_inner][vc_column_inner][vc_column_text]Sourde et muette depuis l’âge de 13 ans, Maddy est une écrivaine à succès qui cherche l’inspiration pour son second roman. Elle décide de quitter le milieu urbain pour s’installer dans une maison au milieu des bois et se lie d’amitié avec sa nouvelle voisine, qui devient rapidement l’une de ses fans. Un soir, alors que Maddy cuisine, sa voisine est assassinée devant sa porte. Maddy, qui ne se rend compte de rien, va dès lors être la cible de ce tueur sanguinaire…[/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_text_separator title="Critique"][vc_row_inner][vc_column_inner][vc_column_text] [dropcap style="style1"]L[/dropcap]a simple lecture du pitch de Hush (Pas un bruit en français) suffit à refréner l’envie de s’y plonger. Il s’agit d’un Home Invasion qui se déroule une fois de plus dans une vaste demeure perdue au beau milieu des bois, et le film est produit par Blumhouse, qui nous a récemment gratifié de l’immonde remake de Martyrs. On connaît la recette de la maison, fast-food de l’horreur, et on s’attend nécessairement à un produit standardisé sans aucune saveur. Une seule lueur d’espoir à l’horizon, la présence de Mike Flanagan à la réalisation, l’auteur d’Oculus, considéré comme l’un des meilleurs crus de Blumhouse. La principale originalité de Hush réside dans le choix d’une protagoniste sourde et muette. Car hormis cet aspect, l’histoire de Maddy ressemble à s’y méprendre à celle de bien d’autres héroïnes du genre. Quelle belle idée de venir en effet chercher l’inspiration dans une forêt reculée avec pour seule compagnie un chat (affublé du doux nom de “Bitch”) et un couple de voisins vivant à quelques kilomètres. La première victime sera, comme c’est si souvent le cas, sa voisine et nouvelle amie, qui tentera désespérément d’attirer l’attention de Maddy pour que celle-ci lui vienne en aide. La jeune femme a beau se faire trucider sur le palier de la maison, Maddy, trop occupée à cuisiner, n’entend rien et donc ne se doute de rien. C’est alors que le film bascule dans un jeu de chat à la souris où le bourreau masqué se rend très rapidement compte de l’handicap de Maddy et décide, tout bon psychopathe qu’il est, de s’amuser un peu avant d’en finir. Et lorsque ce dernier lui annonce clairement qu’il peut la tuer quand il le désire, le spectateur est pris d’effroi devant l’impuissance de Maddy, qui ne peut se repérer qu’à l’aide de la vue ou des vibrations. Maddy est incapable de détecter les signes sonores d’intrusion, telle qu’une fenêtre brisée, et semble donc à la merci de ce tueur sanguinaire. Mike Flanagan parvient à transmettre au spectateur un sentiment d’impuissance et créé une véritable empathie envers son personnage. L’autre caractéristique qui démarque Hush des autres films du genre est le traitement du tueur qui, comme dans tout Home Invasion qui se respecte, porte un masque. Cependant, l’homme va ôter son masque dès le début du film, laissant apparaître un visage des plus banals. Un peu à la manière de Nicolas Cage découvrant le visage du fameux “Machine” dans 8 millimètres (sauf que la scène intervient à la toute fin du film). Voilà…

6

10

NOTE

6

Note des internautes : Soyez le premier à voter !
6

Informations

Affiche de Pas un Bruit (Hush)

Titre original : Hush

Réalisation : Mike Flanagan

Scénario : Mike Flanagan, Kate Siegel

Casting : John Gallagher Jr.Kate SiegelMichael Trucco

Pays d’origine : Etats-Unis

Genre : Home Invasion

Durée : 82 minutes

Date de sortie : 17 mai 2016 (VOD)

Lien IMDB

Lien Allocine

Articles suggérés

4

10

Sinister 2

Krueger

4

10

Kristy

Tetsuo

8

10

What we do in the shadows

Krueger

Laissez un commentaire

Au Coeur de l'Horreur utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience et optimiser les fonctionnalités des réseaux sociaux. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies dans les conditions prévues par notre politique de confidentialité. En savoir plus et gérer les cookies. Accepter En savoir plus