Au coeur de l'horreur

Les Cartes du Mal

Synopsis

Lorsqu’un groupe d’amis viole imprudemment la règle sacrée des lectures du Tarot, ils libèrent sans le savoir un mal indescriptible piégé dans les cartes maudites. Un à un, ils se retrouvent face au destin, et se lancent dans une course contre la mort.

Critique

Réalisé par Anna Halberg et Spenser Cohen, le film d’horreur “Les Cartes du Mal” est sorti au cinéma ce 1er mai 2024. Présenté comme un mélange entre “Ouija” et “Destination Finale”, “Les Cartes du Mal” avaient de quoi attiser notre curiosité, d’autant plus après une bande-annonce plutôt réussie. L’intrigue suit un groupe d’amis qui libèrent un esprit maléfique en transgressant les règles du tirage du Tarot. Alors que chaque membre du groupe fait face à son destin prédit par les cartes maudites, ils doivent échapper aux forces surnaturelles avant qu’il ne soit trop tard. Les premières critiques saluent son originalité et ses scènes d’horreur efficaces. Cependant, derrière cette promesse se cache une réalité bien plus décevante.

La première impression qui se dégage en regardant « Les Cartes du Mal » est celle d’une paresse manifeste dans son écriture. L’absence totale de présentation et de développement des personnages nous laisse errer dans une maison quelconque, sans repères. Le scénario se résume à une formule bien connue : une bande d’adolescents qui bravent les interdits, ouvrant des portes interdites à la recherche d’alcool, déclenchant ainsi une série d’événements sinistres liés à un jeu de tarot maléfique. Haley, spécialiste en tarot, est là pour nous rappeler à quel point cette idée est loin d’être brillante dès le premier regard jeté sur le jeu. Les personnages sont des archétypes clichés, du couple au bord de la rupture au clown de service qui peine à susciter ne serait-ce qu’un sourire. Les autres personnages secondaires auraient mérité d’être payés au tarif figuration tant leur implication dans l’histoire est proche du néant. 

Une fois le canevas posé, le déroulement du film devient prévisible. Les prédictions s’accomplissent en donnant vie aux monstres des cartes pour semer la mort parmi nos protagonistes. Le film emprunte tous les clichés du genre, depuis les recherches sur internet jusqu’à la rencontre avec une vieille femme recluse, seule survivante du jeu maudit, entourée de coupures de journaux retraçant l’ensemble des victimes. Les flashbacks sur l’origine du mal aurait d’ailleurs fait une meilleure histoire que celle qui nous est présentée. 

Le problème ne se limite pas au manque d’originalité du scénario. La réalisation elle-même est décevante, ne parvenant jamais à créer une atmosphère oppressante autre que par des jump scares prévisibles et maladroits. Le découpage manque d’inspiration, surtout lors des premières apparitions des monstres, annonçant rapidement la débâcle à venir et l’ennui durant 1h30. L’idée de donner vie aux créatures des cartes aurait pu être efficace si elle avait été correctement développée. La panoplie de monstre, aux effets visuels plutôt réussis, aurait mérité d’être davantage mis en avant au lieu de se contenter d’apparition sous forme de jumpscare ratés. 

En tant que passionné de films du genre, j’ai de la peine à pardonner une telle médiocrité. Certes, le genre est truffé de codes éculés, mais “les cartes du mal” ne fait même pas l’effort de reprendre ses codes avec soin et se contente juste de nous proposer un produit commercial extrêmement mauvais. Certains réalisateurs parviennent à sublimer le genre, comme James Wan avec la série « Conjuring », ou Mike Flanagan avec ses récentes séries Netflix (ou son film Ouija 2). Un bon film d’horreur doit savoir instaurer une terreur durable, bien plus efficace que les simples jump scares. Des exemples comme la scène finale de « Ring », la scène de repas de “Massacre à la tronçonneuse” ou encore la tension oppressante de « It Follows » démontrent que cela est possible.

Pour « Les Cartes du Mal », ma déception est telle que j’étais sur le point de lui donner un maigre 2 sur 10. Cependant, quelques éléments positifs méritent d’être soulignés, comme le travail sur la lumière lors de la scène du métro, l’ambiance à la « Jeepers Creepers » sur le pont ou encore l’originalité de la scène du magicien malheureusement très mal réalisée. Ces aspects sont noyés dans un océan de médiocrité, faisant de ce film un navet à éviter à tout prix.

[vc_row][vc_column][vc_text_separator title="Synopsis"][vc_row_inner][vc_column_inner][vc_column_text]Lorsqu'un groupe d'amis viole imprudemment la règle sacrée des lectures du Tarot, ils libèrent sans le savoir un mal indescriptible piégé dans les cartes maudites. Un à un, ils se retrouvent face au destin, et se lancent dans une course contre la mort.[/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_text_separator title="Critique"][vc_row_inner][vc_column_inner][vc_column_text] [dropcap style="style1"]R[/dropcap]éalisé par Anna Halberg et Spenser Cohen, le film d'horreur “Les Cartes du Mal” est sorti au cinéma ce 1er mai 2024. Présenté comme un mélange entre “Ouija” et “Destination Finale”, “Les Cartes du Mal” avaient de quoi attiser notre curiosité, d’autant plus après une bande-annonce plutôt réussie. L’intrigue suit un groupe d’amis qui libèrent un esprit maléfique en transgressant les règles du tirage du Tarot. Alors que chaque membre du groupe fait face à son destin prédit par les cartes maudites, ils doivent échapper aux forces surnaturelles avant qu’il ne soit trop tard. Les premières critiques saluent son originalité et ses scènes d’horreur efficaces. Cependant, derrière cette promesse se cache une réalité bien plus décevante. La première impression qui se dégage en regardant "Les Cartes du Mal" est celle d'une paresse manifeste dans son écriture. L'absence totale de présentation et de développement des personnages nous laisse errer dans une maison quelconque, sans repères. Le scénario se résume à une formule bien connue : une bande d'adolescents qui bravent les interdits, ouvrant des portes interdites à la recherche d’alcool, déclenchant ainsi une série d'événements sinistres liés à un jeu de tarot maléfique. Haley, spécialiste en tarot, est là pour nous rappeler à quel point cette idée est loin d'être brillante dès le premier regard jeté sur le jeu. Les personnages sont des archétypes clichés, du couple au bord de la rupture au clown de service qui peine à susciter ne serait-ce qu'un sourire. Les autres personnages secondaires auraient mérité d'être payés au tarif figuration tant leur implication dans l'histoire est proche du néant.  Une fois le canevas posé, le déroulement du film devient prévisible. Les prédictions s'accomplissent en donnant vie aux monstres des cartes pour semer la mort parmi nos protagonistes. Le film emprunte tous les clichés du genre, depuis les recherches sur internet jusqu'à la rencontre avec une vieille femme recluse, seule survivante du jeu maudit, entourée de coupures de journaux retraçant l'ensemble des victimes. Les flashbacks sur l'origine du mal aurait d'ailleurs fait une meilleure histoire que celle qui nous est présentée.  Le problème ne se limite pas au manque d'originalité du scénario. La réalisation elle-même est décevante, ne parvenant jamais à créer une atmosphère oppressante autre que par des jump scares prévisibles et maladroits. Le découpage manque d'inspiration, surtout lors des premières apparitions des monstres, annonçant rapidement la débâcle à venir et l’ennui durant 1h30. L'idée de donner vie aux créatures des cartes aurait pu être efficace si elle avait été correctement développée. La panoplie de monstre, aux effets visuels plutôt réussis, aurait mérité d'être davantage mis en avant au lieu de se contenter d'apparition sous forme de jumpscare ratés.  En tant que passionné de films du genre, j'ai de la…

3

10

NOTE

3

Note des internautes : Soyez le premier à voter !
3

Informations

Les cartes du mal

Titre original : Tarot

Réalisation : Anna Halberg, Spenser Cohen

Scénario : Anna Halberg, Spenser Cohen

Casting : Harriet Slater, Adain Bradley, Avantika Vandanapu

Pays d’origine : Etats-Unis

Genre : Horreur

Durée : 1h32

Date de sortie : 1 mai 2024

Lien IMDB

Lien Allocine

Articles suggérés

6

10

The possession of Michael King

Krueger

7

10

Goodnight Mommy

Tetsuo

4

10

Ludo

Tetsuo

Laissez un commentaire

Au Coeur de l'Horreur utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience et optimiser les fonctionnalités des réseaux sociaux. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies dans les conditions prévues par notre politique de confidentialité. En savoir plus et gérer les cookies. Accepter En savoir plus