Au coeur de l'horreur

Ouija : Les Origines

Synopsis

À Los Angeles en 1965, une veuve et ses deux filles montent une nouvelle arnaque pour pimenter leur commerce de séances de spiritisme bidon. Chemin faisant, elles font involontairement entrer chez elles un esprit maléfique bien réel. Lorsque la fille cadette est possédée par la créature impitoyable, la petite famille doit surmonter une terreur dévastatrice pour la sauver et renvoyer l’esprit de l’autre côté…

La suite du film d’épouvante « Ouija ».

Critique

Il faut avouer qu’après le catastrophique Ouija de Stiles White, produit par Jason Blum, on était réticent à l’idée de regarder une préquelle. Le film étant, selon moi, l’un des pires films d’horreur de ces dernières années. Et pourtant, la présence de Mike Flanagan derrière la caméra, a réussi à apporter un nouveau souffle à la franchise en faisant de Ouija : Les Origines, un vrai film d’auteur. Une réussite inattendue, même si l’on connaissait le talent du réalisateur, ce dernier ayant signé des films tels que Hush, The Mirror et Before I wake (dont la critique sera bientôt disponible sur le site). Ouija : Les Origines est un film intéressant qui parvient à se défaire des poncifs du film de possession en nous plongeant dans l’horreur de façon crédible et intelligente, à l’image d’un James Wan avec The Conjuring.

Los Angeles en 1965, Alice est une mère de famille veuve qui s’occupe seule de ses deux filles, Paulina et Doris. Pour subvenir à leurs besoins, Alice monte des arnaques de spiritisme et fait croire à ses clients qu’elle communique avec leurs proches décédés. Sous les conseils de sa fille, celle-ci intègre une planche de Ouija à ses séances. Mais lorsque la plus petite des filles cherche à communiquer avec son père décédé à l’aide de la planche, elle va invoquer un esprit maléfique et mettre toute la famille en danger.

Alors que le premier film Ouija se contentait d’une exposition bâclée pour nous plonger directement dans l’horreur, ce nouveau film prend le parti inverse, et c’est ce qui en fait sa grande qualité. Ouija : Les Origines prend le temps de présenter ses personnages et de les ancrer dans un contexte social, avec des caractères bien définis, les rendant attachants et crédibles. Tout l’intérêt du film est que celui-ci se concentre avant tout sur l’histoire d’une famille avant d’aborder l’aspect horrifique. Et pour les plus réticents face aux esprits démoniaques, le film a l’intelligence de nous présenter une famille spécialisée dans l’arnaque spirituelle et qui ainsi, ne se laisse pas convaincre facilement par la présence des esprits. Cette réticence permet de rendre l’aspect fantastique beaucoup plus crédible et de renforcer l’identification aux personnages. De plus, les pratiques d’arnaque de la famille renvoient au côté manipulateur de l’esprit maléfique qui se fait passer pour le père de famille. Tant de détails scénaristiques qui apportent un véritable plus à ce modeste film d’horreur.

Mike Flanagan utilise une mise en scène discrète mais efficace. Il nous épargne les fades jump scares tant sollicités dans ce type de films et les scènes finales interminables pour se débarrasser de l’esprit démoniaque. Ici, l’horreur monte progressivement et ne vient jamais prendre le dessus sur l’aspect intimiste et émotionnel de l’histoire. L’aspect fantastique n’est que le reflet de la douleur familiale. Visuellement très abouti, le film nous offre quelques séquences suffocantes. Le film ne plonge jamais dans la surenchère et fait preuve d’une sobriété appréciable, aussi bien dans son approche visuelle que sonore.

Notons également une performance d’acteur admirable avec une mention toute particulière pour la comédienne Annalise Basso qui nous prend aux tripes lors des séquences d’émotion.

Contre toute attente, Ouija : Les Origines est une agréable surprise et vient confirmer le talent de Mike Flanagan. Désormais, on a hâte de découvrir son prochain film, Jessie, adapté du roman de Stephen King.

[vc_row][vc_column][vc_text_separator title="Synopsis"][vc_row_inner][vc_column_inner][vc_column_text]À Los Angeles en 1965, une veuve et ses deux filles montent une nouvelle arnaque pour pimenter leur commerce de séances de spiritisme bidon. Chemin faisant, elles font involontairement entrer chez elles un esprit maléfique bien réel. Lorsque la fille cadette est possédée par la créature impitoyable, la petite famille doit surmonter une terreur dévastatrice pour la sauver et renvoyer l'esprit de l'autre côté… La suite du film d'épouvante "Ouija".[/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_text_separator title="Critique"][vc_row_inner][vc_column_inner][vc_column_text] [dropcap style="style1"]I[/dropcap]l faut avouer qu’après le catastrophique Ouija de Stiles White, produit par Jason Blum, on était réticent à l’idée de regarder une préquelle. Le film étant, selon moi, l’un des pires films d’horreur de ces dernières années. Et pourtant, la présence de Mike Flanagan derrière la caméra, a réussi à apporter un nouveau souffle à la franchise en faisant de Ouija : Les Origines, un vrai film d’auteur. Une réussite inattendue, même si l’on connaissait le talent du réalisateur, ce dernier ayant signé des films tels que Hush, The Mirror et Before I wake (dont la critique sera bientôt disponible sur le site). Ouija : Les Origines est un film intéressant qui parvient à se défaire des poncifs du film de possession en nous plongeant dans l’horreur de façon crédible et intelligente, à l’image d’un James Wan avec The Conjuring. Los Angeles en 1965, Alice est une mère de famille veuve qui s’occupe seule de ses deux filles, Paulina et Doris. Pour subvenir à leurs besoins, Alice monte des arnaques de spiritisme et fait croire à ses clients qu’elle communique avec leurs proches décédés. Sous les conseils de sa fille, celle-ci intègre une planche de Ouija à ses séances. Mais lorsque la plus petite des filles cherche à communiquer avec son père décédé à l’aide de la planche, elle va invoquer un esprit maléfique et mettre toute la famille en danger. Alors que le premier film Ouija se contentait d’une exposition bâclée pour nous plonger directement dans l’horreur, ce nouveau film prend le parti inverse, et c’est ce qui en fait sa grande qualité. Ouija : Les Origines prend le temps de présenter ses personnages et de les ancrer dans un contexte social, avec des caractères bien définis, les rendant attachants et crédibles. Tout l'intérêt du film est que celui-ci se concentre avant tout sur l’histoire d’une famille avant d’aborder l’aspect horrifique. Et pour les plus réticents face aux esprits démoniaques, le film a l’intelligence de nous présenter une famille spécialisée dans l’arnaque spirituelle et qui ainsi, ne se laisse pas convaincre facilement par la présence des esprits. Cette réticence permet de rendre l’aspect fantastique beaucoup plus crédible et de renforcer l’identification aux personnages. De plus, les pratiques d’arnaque de la famille renvoient au côté manipulateur de l’esprit maléfique qui se fait passer pour le père de famille. Tant de détails scénaristiques qui apportent un véritable plus à ce modeste film d’horreur. Mike Flanagan utilise une mise en scène discrète mais efficace. Il nous épargne les fades jump scares tant sollicités dans ce type de films et…

6

10

NOTE

6

Note des internautes : Soyez le premier à voter !
6

Informations

Affiche de Ouija : Les Origines

Titre original : Ouija: Origin of Evil

Réalisation : Mike Flanagan

Scénario : Mike Flanagan, Jeff Howard

Casting : Elizabeth Reaser, Lulu Wilson, Annalise Basso…

Pays d’origine : Etats-Unis

Genre : Film de fantôme

Durée : 99 minutes

Date de sortie : 2 novembre 2016

Lien IMDB

Lien Allocine

Articles suggérés

4

10

The Damned

Krueger

2

10

We are still here

Tetsuo

Grabbers (Note : 6/10)

horreur

Laissez un commentaire

Au Coeur de l'Horreur utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience et optimiser les fonctionnalités des réseaux sociaux. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies dans les conditions prévues par notre politique de confidentialité. En savoir plus et gérer les cookies. Accepter En savoir plus