logo-site

The Bye Bye Man

19 avril 2017

Synopsis

Lorsque trois étudiants s’installent dans une vieille maison aux abords de leur campus, ils libèrent le Bye Bye Man, une entité surnaturelle qui hante ceux qui découvrent son nom. Le petit groupe comprend alors qu’il n’y a qu’un moyen d’échapper à sa malédiction et d’éviter qu’elle ne se propage : ne pas le dire, ne pas y penser. Quand le Bye Bye Man arrive à s’immiscer dans votre esprit, il prend dès lors le contrôle et vous fait commettre l’irréparable.

Critique

Commençons cette critique par une petite info people ! Pourquoi ? Car l’une des actrices de The bye bye man n’est autre que Cressida Bonas (eh oui elle l’est !), qui a décidé de quitter son petit ami le prince Harry pour poursuivre sa carrière d’actrice. On s’en branle complètement me direz-vous, et vous avez raison ! D’autant plus que la jeune femme aurait dû avant tout s’assurer de son talent. Un peu de méchanceté gratuite ne fait pas de mal. Ceci étant dit, passons aux choses sérieuses. The bye bye man est un film d’horreur réalisé par Stacy Title, réalisatrice de Hood of horror (petite comédie horrifique avec Snoop Dogg et Dany Trejo) et scénariste et productrice de The Lone Ranger (tout de même). Le film est une adaptation d’une nouvelle de Robert Damon Schneck intitulée The Bridge to Body Island. Celui-ci sortira chez nous directement en DVD le 22 juin 2017.

Trois étudiants s’installent dans une maison bien flippante non loin de leur campus. Rapidement, ils libèrent une entité surnaturelle, le “bye bye man” qui hante tous ceux qui découvrent son nom. Le seul moyen d’y échapper est de ne pas penser à lui, de ne pas prononcer son nom, au risque d’être possédé par le méchant bye bye Man !

Le concept de The bye bye man est plutôt sympathique et ouvre les portes à un nouveau boogeyman qui aurait pu être très intéressant. Dans la même veine qu’un Freddy Krueger ou d’un Candyman, on espérait que l’histoire de ce bye bye man soit suffisamment développée et subtile pour nous accrocher. Malheureusement, il n’en est rien et le début prometteur de ce film retombe rapidement dans les travers des productions horrifiques faciles. Pourtant, la première séquence est très réussie et nous laissait espérer un film de qualité. Il s’agit d’un magnifique plan-séquence, très bien réalisé, où l’on voit un homme armé d’un fusil à pompe dézinguer toutes les personnes connaissant le fameux nom maudit. L’action se déroule en 1969, à l’origine de la naissance du mal. S’instaure ainsi une véritable tension et l’on comprend rapidement la difficulté de ne pas penser à quelque chose qui nous obsède, au point de considérer la mort comme la seule solution. L’histoire reprend de nos jours avec trois étudiants qui vont être confrontés à la même malédiction. La renaissance du bye bye man s’effectue par l’intermédiaire… d’une séance de spiritisme ! C’est original n’est-ce pas? Y a-t-il vraiment des gens que ça amuse de faire des séances de spiritisme ? Combien de films d’horreur faudra-t-il encore pour que vous compreniez ?

Même si les premières apparitions du boogeyman sont assez bien menées, la tension baisse considérablement au fur et à mesure. Le boogeyman se fait rare et le film se concentre sur des personnages caricaturaux et sans saveur. Le scénario s’embourbe dans de nombreuses incohérences et situations absurdes.

Le plus frustrant dans The Bye Bye Man, c’est que l’histoire avait un potentiel énorme, mais que la mythologie autour du boogeyman n’a pas du tout été développée, à l’inverse de Freddy Krueger ou Candyman. C’est fort dommage, car c’est ce personnage qui attise notre curiosité et non les trois jeunes décérébrés. Et l’on soupçonne que ce traitement est en partie dû à des décisions de la production pour éviter le classement R prévu à la base. Ainsi, le film semble avoir subi de nombreuses coupes, cassant la compréhension du film et son originalité.

Un véritable gâchis au vu du potentiel de ce film. Ceci étant dit, The Bye Bye Man reste un spectacle correct, doté d’une mise en scène plutôt soignée et d’une conclusion étonnamment sombre et cruelle.

[vc_row][vc_column][vc_text_separator title="Synopsis"][vc_row_inner][vc_column_inner][vc_column_text]Lorsque trois étudiants s'installent dans une vieille maison aux abords de leur campus, ils libèrent le Bye Bye Man, une entité surnaturelle qui hante ceux qui découvrent son nom. Le petit groupe comprend alors qu'il n'y a qu'un moyen d'échapper à sa malédiction et d'éviter qu'elle ne se propage : ne pas le dire, ne pas y penser. Quand le Bye Bye Man arrive à s'immiscer dans votre esprit, il prend dès lors le contrôle et vous fait commettre l'irréparable.[/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_text_separator title="Critique"][vc_row_inner][vc_column_inner][vc_column_text] [dropcap style="style1"]C[/dropcap]ommençons cette critique par une petite info people ! Pourquoi ? Car l’une des actrices de The bye bye man n’est autre que Cressida Bonas (eh oui elle l’est !), qui a décidé de quitter son petit ami le prince Harry pour poursuivre sa carrière d’actrice. On s’en branle complètement me direz-vous, et vous avez raison ! D’autant plus que la jeune femme aurait dû avant tout s’assurer de son talent. Un peu de méchanceté gratuite ne fait pas de mal. Ceci étant dit, passons aux choses sérieuses. The bye bye man est un film d’horreur réalisé par Stacy Title, réalisatrice de Hood of horror (petite comédie horrifique avec Snoop Dogg et Dany Trejo) et scénariste et productrice de The Lone Ranger (tout de même). Le film est une adaptation d’une nouvelle de Robert Damon Schneck intitulée The Bridge to Body Island. Celui-ci sortira chez nous directement en DVD le 22 juin 2017. Trois étudiants s’installent dans une maison bien flippante non loin de leur campus. Rapidement, ils libèrent une entité surnaturelle, le “bye bye man” qui hante tous ceux qui découvrent son nom. Le seul moyen d’y échapper est de ne pas penser à lui, de ne pas prononcer son nom, au risque d’être possédé par le méchant bye bye Man ! Le concept de The bye bye man est plutôt sympathique et ouvre les portes à un nouveau boogeyman qui aurait pu être très intéressant. Dans la même veine qu’un Freddy Krueger ou d’un Candyman, on espérait que l’histoire de ce bye bye man soit suffisamment développée et subtile pour nous accrocher. Malheureusement, il n’en est rien et le début prometteur de ce film retombe rapidement dans les travers des productions horrifiques faciles. Pourtant, la première séquence est très réussie et nous laissait espérer un film de qualité. Il s’agit d’un magnifique plan-séquence, très bien réalisé, où l’on voit un homme armé d’un fusil à pompe dézinguer toutes les personnes connaissant le fameux nom maudit. L’action se déroule en 1969, à l’origine de la naissance du mal. S’instaure ainsi une véritable tension et l’on comprend rapidement la difficulté de ne pas penser à quelque chose qui nous obsède, au point de considérer la mort comme la seule solution. L’histoire reprend de nos jours avec trois étudiants qui vont être confrontés à la même malédiction. La renaissance du bye bye man s’effectue par l’intermédiaire… d’une séance de spiritisme ! C’est original n’est-ce pas? Y a-t-il vraiment des gens que ça amuse de faire des séances de…

5

10

NOTE

5

Note des internautes : Soyez le premier à voter !
5

Informations

The Bye Bye Man

the-bye-bye-man-photo-film-horreur

Réalisation : Bryan Fuller

Scénario :  Jonathan Penner, Robert Damon Schneck

Acteurs: Douglas Smith, Lucien Laviscount, Doug Jones

Nationalité : Etats-Unis / Chine

Genre : Boogeyman

Format: 96minutes

Date de sortie: 6 juin 2017 (VOD)

Lien IMDB

Lien Allocine

En savoir plus

Krueger

Rédacteur en chef du site Au coeur de l'horreur et président de l'association, je suis un passionné du cinéma d'horreur sous toutes ses formes. Je dois bien avouer avoir un faible pour tout ce qui se rapporte au gore, aux gros nichons et au sanguinolent. Je reste néanmoins doté d'une sensibilité à toute épreuve.

Commentaires