Au coeur de l'horreur

I spit on your grave 3

Synopsis

Malgré l’exécution de sa vengeance et le meurtre des hommes l’ayant violé par le passé (dans le premier I Spit on your grave, datant de 2010), Jennifer Hills ne parvient pas à retrouver une vie normale. Elle est hantée par cet épisode traumatique et éprouve une haine profonde à l’égard de la gent masculine. Mue par un désir inextinguible de vengeance, elle décide d’intégrer un groupe de soutien réunissant des victimes de sévices sexuels et y fait la connaissance de Marla. Lorsque cette dernière est violée et assassinée par son ex-petit ami, Jennifer décide de venger toutes les victimes délaissées par le système…

Critique

Malgré un accueil critique favorable, I spit on your grave 2 ne faisait que reproduire le schéma du remake réalisé en 2010, en moins percutant. Cette séquelle pâtissait notamment d’une réalisation bâclée et oubliait la quintessence du premier volet, à savoir la scénographie des meurtres, élaborée selon le rôle occupé par chacun dans la séquence du viol. Le film ne faisait que dérouler une plate vengeance sans originalité ni envergure. Pour ce troisième volet, Anchor Bay Entertainment a décidé de renouer avec l’histoire du remake de 2010. On retrouve donc Jennifer Hills, toujours incarnée par l’actrice Sarah Butler, tourmentée par le souvenir des sévices qu’elle a subis. Malgré sa psychothérapie, Jennifer ne parvient pas à surmonter ce traumatisme et décide d’intégrer un groupe de soutien. Elle fait la rencontre de Marla, une jeune femme extravertie qui la fascine par son caractère viril et son audace. Cependant, la mort de cette dernière va faire resurgir ses anciens démons et déclencher une passion meurtrière. I Spit on your grave 3reste donc dans le giron du Rape and Vengeance puisque Jennifer décidera de venger non seulement le viol de Marla, mais également tous les abus sexuels dont elle a connaissance. Une entreprise vengeresse sans fin qui laisse présager un déchaînement de violence.

Le traumatisme de Jennifer est retranscrit à l’aide de flashbacks et donc d’extraits du premier volet. Le viol a eu lieu il y a plusieurs années mais est toujours prégnant dans la mémoire de la jeune femme, qui nourrit une méfiance permanente à l’égard des hommes. Contrairement aux deux films précédents, I spit on your grave 3 ne montre aucune scène de viol explicite. Le viol de Marla, qui constitue l’élément déclencheur de la vengeance de Jennifer, ne sera pas montré à l’écran. La violence est donc volontairement contenue dans la première partie du film. Toutefois, le réalisateur use d’un procédé habile qui aura un impact narratif et psychologique par la suite, en introduisant des scènes de meurtres fantasmées. Jennifer s’imagine, à la moindre provocation, riposter en tuant les hommes qui la persécutent. Ce procédé servira à introduire une confusion quant à la réalité des actes montrés, mais également à signifier toute la violence qui habite la jeune femme et qui n’attend qu’une étincelle pour s’embraser.

i-spit-on-your-grave-3

Pour ce troisième volet, on retrouve R.D Braunstein derrière la caméra, alors que les deux premiers films avaient été réalisés par Steven R. Monroe, beaucoup plus expérimenté. Si les scènes de meurtres ne sont pas aussi élaborées que dans le premier volet, elles sont dans l’ensemble suffisamment brutales pour assouvir les fantasmes castrateurs du spectateur/des spectatrices. La réalisation est soignée et offre quelques séquences gores mémorables, comme lorsque Jennifer charcute un sexe d’homme au couteau. Une scène particulièrement réussie et crédible, contrairement à Hostel 2 où l’aspect prothèse était trop évident. Cette scène marque le point culminant d’un film qui aura par la suite de grandes difficultés à soutenir le rythme, notamment dans sa dernière partie, lorsque Jennifer se promènera dans les rues en tenue sexy afin de provoquer et châtier les mâles indélicats. Une partie faiblarde qui n’est tolérée que par sa brièveté.

L’aspect le plus dérangeant du film réside dans son sous-texte moral. I Spit on your grave 3pourrait servir d’étendard cinématographique aux adeptes les plus extrémistes de la culture du viol. Le film dresse en effet un portrait cynique de l’homme, dépeint comme un  irrépressible prédateur sexuel. Qu’il soit père de famille ou sans-abri, l’homme est condamné à ne voir dans la femme qu’un objet sexuel destiné à assouvir ses désirs. Les quelques personnages censés contrebalancer ce point de vue, le père de famille dont la fille a été violée ou le collègue de travail prévenant, ne suffisent pas à nuancer le propos du film. I spit on your grave 3 dénonce en effet l’inefficacité de l’ensemble des institutions, et notamment la police, dont l’impuissance est pointée du doigt. Le film justifie et glorifie la vengeance personnelle en jetant le discrédit sur toutes les formes de justice institutionnelle. Certes, cette critique était déjà présente dans le remake de 2010, où l’un des violeurs n’était autre qu’un policier (ce que rappelle d’ailleurs Jennifer dans le film), mais le contexte de l’agression (un châlet isolé en forêt), laissait supposer une situation exceptionnelle. I spit on your grave 3 va beaucoup plus loin dans sa démarche critique en la généralisant. Quel que soit le contexte, la victime d’un viol n’obtiendra jamais réparation. Le salut réside dans la vengeance personnelle… Pas sûr que ce traitement serve la cause des victimes de viols et de harcèlement de rue…

I spit on your grave 3 est donc à ranger du côté d’autres films à l’idéologie douteuse, tels que Taken, qui, non content de véhiculer des préjugés racistes, promeut également la justice personnelle et le repli sur soi (il ne faut pas sortir des Etats-Unis, le monde est dangereux, les hommes d’Europe de l’Est sont des mafieux proxénètes et les riches du Moyen-Orient des violeurs de vierges…). Malgré cet aspect, I spit on your grave 3 ne démérite pas et s’inscrit dans la continuité de ces deux prédécesseurs. Il est toutefois à craindre que la franchise ne s’arrête pas là et pousse la logique marketing jusqu’à un quatrième volet qui serait sûrement de trop.

[vc_row][vc_column][vc_text_separator title="Synopsis"][vc_row_inner][vc_column_inner][vc_column_text]Malgré l’exécution de sa vengeance et le meurtre des hommes l’ayant violé par le passé (dans le premier I Spit on your grave, datant de 2010), Jennifer Hills ne parvient pas à retrouver une vie normale. Elle est hantée par cet épisode traumatique et éprouve une haine profonde à l’égard de la gent masculine. Mue par un désir inextinguible de vengeance, elle décide d’intégrer un groupe de soutien réunissant des victimes de sévices sexuels et y fait la connaissance de Marla. Lorsque cette dernière est violée et assassinée par son ex-petit ami, Jennifer décide de venger toutes les victimes délaissées par le système…[/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_text_separator title="Critique"][vc_row_inner][vc_column_inner][vc_column_text] [dropcap style="style1"]M[/dropcap]algré un accueil critique favorable, I spit on your grave 2 ne faisait que reproduire le schéma du remake réalisé en 2010, en moins percutant. Cette séquelle pâtissait notamment d’une réalisation bâclée et oubliait la quintessence du premier volet, à savoir la scénographie des meurtres, élaborée selon le rôle occupé par chacun dans la séquence du viol. Le film ne faisait que dérouler une plate vengeance sans originalité ni envergure. Pour ce troisième volet, Anchor Bay Entertainment a décidé de renouer avec l’histoire du remake de 2010. On retrouve donc Jennifer Hills, toujours incarnée par l’actrice Sarah Butler, tourmentée par le souvenir des sévices qu’elle a subis. Malgré sa psychothérapie, Jennifer ne parvient pas à surmonter ce traumatisme et décide d’intégrer un groupe de soutien. Elle fait la rencontre de Marla, une jeune femme extravertie qui la fascine par son caractère viril et son audace. Cependant, la mort de cette dernière va faire resurgir ses anciens démons et déclencher une passion meurtrière. I Spit on your grave 3reste donc dans le giron du Rape and Vengeance puisque Jennifer décidera de venger non seulement le viol de Marla, mais également tous les abus sexuels dont elle a connaissance. Une entreprise vengeresse sans fin qui laisse présager un déchaînement de violence. Le traumatisme de Jennifer est retranscrit à l’aide de flashbacks et donc d’extraits du premier volet. Le viol a eu lieu il y a plusieurs années mais est toujours prégnant dans la mémoire de la jeune femme, qui nourrit une méfiance permanente à l’égard des hommes. Contrairement aux deux films précédents, I spit on your grave 3 ne montre aucune scène de viol explicite. Le viol de Marla, qui constitue l’élément déclencheur de la vengeance de Jennifer, ne sera pas montré à l’écran. La violence est donc volontairement contenue dans la première partie du film. Toutefois, le réalisateur use d’un procédé habile qui aura un impact narratif et psychologique par la suite, en introduisant des scènes de meurtres fantasmées. Jennifer s’imagine, à la moindre provocation, riposter en tuant les hommes qui la persécutent. Ce procédé servira à introduire une confusion quant à la réalité des actes montrés, mais également à signifier toute la violence qui habite la jeune femme et qui n’attend qu’une étincelle pour s’embraser. Pour ce troisième volet, on retrouve R.D Braunstein derrière la caméra, alors que les deux premiers films avaient été réalisés par Steven R. Monroe, beaucoup plus…

5

10

NOTE

5

Note des internautes : Soyez le premier à voter !
5

Informations

Affiche de I Spit On Your Grave 3

Titre original : I spit on your grave 3 : Vengeance Is Mine

Réalisation : R.D. Braunstein

Scénario : Daniel Gilboy

Casting : Sarah Butler, Jennifer LandonDoug McKeonGabriel Hogan

Pays d’origine : Etats-Unis

Genre : Rape and Revenge

Durée : 92 minutes

Date de sortie : 29 novembre 2015 (Etats-Unis)

Lien IMDB

Lien Allocine

Articles suggérés

8

10

Southbound

Krueger

4

The Septic Man

Krueger

Shark Killer

Krueger

Laissez un commentaire

Au Coeur de l'Horreur utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience et optimiser les fonctionnalités des réseaux sociaux. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies dans les conditions prévues par notre politique de confidentialité. En savoir plus et gérer les cookies. Accepter En savoir plus