Au coeur de l'horreur

Late Night with the Devil

Synopsis

Jack Delroy cherche désespérément le petit quelque chose qui manque à son émission de divertissement pour dépasser la concurrence. Le soir d’Halloween, les segments se succèdent et l’ambiance commence sérieusement à déraper sur le plateau, en plein direct.

Critique

Late Night with the Devil est un film d’horreur  réalisé par les frères Cameron et Colin Cairnes, un duo de réalisateurs australiens, reconnus pour leur capacité à revitaliser le genre avec des concepts originaux et des narrations immersives. “Late Night with the devil” ne fera pas exception. Leur filmographie inclut des titres tels que “100 Bloody Acres”, salué comme l’un des meilleurs films d’horreur à petit budget, et “Scare Campaign”, un slasher innovant qui a remporté quatre prix, dont celui du Meilleur Film et du Meilleur Réalisateur, au Monsterfest, le festival de cinéma d’horreur de référence en Australie. 

“Late Night with the devil” a rapidement capturé l’attention des critiques et du public grâce à son approche innovante du genre et à sa critique acerbe de l’industrie de l’audiovisuel.

Le film nous plonge dans l’univers de Jack Delroy, un présentateur de talk-show en quête désespérée de reconquérir son audience. Lors d’une émission spéciale d’Halloween, il invite une jeune fille prétendument possédée, espérant ainsi booster les chiffres d’audience. Ce qui commence comme un coup de publicité se transforme rapidement en un cauchemar incontrôlable, offrant aux spectateurs une montée en tension maîtrisée et un spectacle des plus divertissants.

Bien que le cinéma d’horreur ait souvent exploité les concepts télévisuels à travers des films de type found footage présentés sous forme de documentaires ou de reportages, comme c’est le cas avec le film « Rec », « Late Night with the Devil » se démarque en adoptant un format d’émission télévisée en direct, face à un public en studio. La dynamique du direct exige une maîtrise absolue de l’émission, une tâche qui devient exorbitante lorsque l’émission est bouleversée par des phénomènes surnaturels imprévus. La tension est constante car on ne sait jamais vraiment si ce qui se passe à l’écran est une mise en scène ou une manifestation surnaturelle incontrôlable. La structure narrative du film est particulièrement originale, alternant entre les images en direct du plateau, vibrantes et colorées, et les scènes en coulisses, présentées en noir et blanc. Ce contraste visuel renforce l’immersion du spectateur et souligne la dualité entre la façade publique et les drames privés. Le film maintient sa fraîcheur et son originalité tout au long de son déroulement, évitant les pièges des tropes éculés du genre et offrant une expérience à la fois familière et étrangement nouvelle. La progression de l’intrigue est si bien orchestrée qu’elle maintient le spectateur en haleine du début à la fin, curieux de découvrir le dénouement de cette soirée d’Halloween.

Au-delà du concept, « Late Night with the Devil » est une satire mordante de l’industrie télévisuelle, où la course à l’audimat prime sur l’éthique. Le film dépeint avec justesse l’obsession de la célébrité et le désir insatiable d’être numéro un, symbolisé par le personnage de Jack Delroy. Cette ambition dévorante, bien que centrée sur le monde de l’audiovisuel, est une métaphore universelle de la quête de succès dans la société, souvent au prix de sacrifices personnels considérables. Le film montre à quel point le succès médiatique, et l’image publique peut créer de réelles séquelles psychologiques. Même si le film se déroule dans les années 70/80, période où la télévision était le principal vecteur de l’image publique, le thème de celui-ci nous interpelle encore davantage dans le contexte actuel, marqué par la prolifération des réseaux sociaux où l’exhibition de soi et la course aux abonnés ont pris le relais de l’audience télévisuelle.

Dans Late “Night with the devil”, David Dastmalchian interprète le rôle de Jack Delroy et livre une performance remarquable, capturant avec brio la complexité d’un homme tiraillé entre sa douleur personnelle et son ambition professionnelle. Lors de nombreuses séquences, Jack Delroy fait face à des révélations sur sa vie personnelle et à des apparitions surnaturelles. L’acteur parvient à doser les émotions, et on ne sait jamais si Jack reste dans son personnage de présentateur télé ou s’il est réellement affecté par les événements. Son jeu d’acteur apporte une profondeur inattendue au film, enrichissant l’expérience du spectateur.

En somme, « Late Night with the Devil » est une œuvre qui mérite une reconnaissance bien plus large. Avec son mélange de suspense, d’horreur et de critique sociale, le film est une réussite qui offre bien plus qu’un simple divertissement. Il invite à une réflexion sur les valeurs et les choix de notre société, tout en divertissant par son originalité et son intensité. C’est un film à ne pas manquer, un joyau méconnu qui attend d’être découvert et apprécié à sa juste valeur.

[vc_row][vc_column][vc_text_separator title="Synopsis"][vc_row_inner][vc_column_inner][vc_column_text]Jack Delroy cherche désespérément le petit quelque chose qui manque à son émission de divertissement pour dépasser la concurrence. Le soir d’Halloween, les segments se succèdent et l’ambiance commence sérieusement à déraper sur le plateau, en plein direct.[/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_text_separator title="Critique"][vc_row_inner][vc_column_inner][vc_column_text] [dropcap style="style1"]L[/dropcap]ate Night with the Devil est un film d'horreur  réalisé par les frères Cameron et Colin Cairnes, un duo de réalisateurs australiens, reconnus pour leur capacité à revitaliser le genre avec des concepts originaux et des narrations immersives. “Late Night with the devil” ne fera pas exception. Leur filmographie inclut des titres tels que “100 Bloody Acres”, salué comme l'un des meilleurs films d’horreur à petit budget, et “Scare Campaign”, un slasher innovant qui a remporté quatre prix, dont celui du Meilleur Film et du Meilleur Réalisateur, au Monsterfest, le festival de cinéma d’horreur de référence en Australie.  “Late Night with the devil” a rapidement capturé l'attention des critiques et du public grâce à son approche innovante du genre et à sa critique acerbe de l'industrie de l'audiovisuel. Le film nous plonge dans l'univers de Jack Delroy, un présentateur de talk-show en quête désespérée de reconquérir son audience. Lors d'une émission spéciale d'Halloween, il invite une jeune fille prétendument possédée, espérant ainsi booster les chiffres d'audience. Ce qui commence comme un coup de publicité se transforme rapidement en un cauchemar incontrôlable, offrant aux spectateurs une montée en tension maîtrisée et un spectacle des plus divertissants. Bien que le cinéma d’horreur ait souvent exploité les concepts télévisuels à travers des films de type found footage présentés sous forme de documentaires ou de reportages, comme c'est le cas avec le film "Rec", "Late Night with the Devil" se démarque en adoptant un format d'émission télévisée en direct, face à un public en studio. La dynamique du direct exige une maîtrise absolue de l'émission, une tâche qui devient exorbitante lorsque l'émission est bouleversée par des phénomènes surnaturels imprévus. La tension est constante car on ne sait jamais vraiment si ce qui se passe à l’écran est une mise en scène ou une manifestation surnaturelle incontrôlable. La structure narrative du film est particulièrement originale, alternant entre les images en direct du plateau, vibrantes et colorées, et les scènes en coulisses, présentées en noir et blanc. Ce contraste visuel renforce l’immersion du spectateur et souligne la dualité entre la façade publique et les drames privés. Le film maintient sa fraîcheur et son originalité tout au long de son déroulement, évitant les pièges des tropes éculés du genre et offrant une expérience à la fois familière et étrangement nouvelle. La progression de l'intrigue est si bien orchestrée qu'elle maintient le spectateur en haleine du début à la fin, curieux de découvrir le dénouement de cette soirée d'Halloween. Au-delà du concept, "Late Night with the Devil" est une satire mordante de l'industrie télévisuelle, où la course à l'audimat prime sur l'éthique. Le film dépeint avec justesse l'obsession de la célébrité et le désir insatiable d'être numéro un, symbolisé par le personnage de Jack Delroy. Cette ambition…

7

10

NOTE

7

Note des internautes : Soyez le premier à voter !
7

Informations

Late night with the devil

Titre original : Late night with the devil

Réalisation : Colin Cairnes, Cameron Cairnes

Scénario : Colin Cairnes, Cameron Cairnes

Casting : David Dastmalchian, Laura Gordon, Ian Bliss

Pays d’origine : Australie, États-Unis, Émirats arabes unis

Genre : Horreur

Durée : 1h33

Date de sortie : 22 mars 2024 (États-Unis)

Lien IMDB

Lien Allocine

Articles suggérés

6

10

Cub (Étrange Festival)

Tetsuo

4

10

Leatherface

Krueger

5

10

It Follows

Tetsuo

Laissez un commentaire

Au Coeur de l'Horreur utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience et optimiser les fonctionnalités des réseaux sociaux. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies dans les conditions prévues par notre politique de confidentialité. En savoir plus et gérer les cookies. Accepter En savoir plus