logo-site

Simetierre

Synopsis

“Le docteur Louis Creed, sa femme Rachel et leurs deux jeunes enfants quittent Boston pour s’installer dans une région rurale du Maine. Près de sa maison, le docteur découvre un mystérieux cimetière caché au fond des bois. Peu après, une tragédie s’abat sur lui. Creed sollicite alors l’aide d’un étrange voisin, Jud Crandall. Sans le savoir, il vient de déclencher une série d’événements tragiques qui vont donner naissance à de redoutables forces maléfiques.”

Critique

Le succès phénoménal du remake de It, qui a réalisé l’un des meilleurs démarrages de l’histoire du film d’horreur, ne pouvait qu’entrainer dans son sillage d’autres tentatives de remakes espérant également tirer le gros lot. Quoi de plus commode en effet que de réactualiser certaines oeuvres du maître de la littérature horrifique, Stephen King. Une faible prise de risque pour un rendement maximal. Mais toutes les oeuvres de Stephen King ne se valent pas et certaines accusent le coup des années. Dès lors, une question nous effleure l’esprit : est-ce vraiment pertinent de réadapter Simetierre en 2019?

Les remakes de films d’horreur sont rarement réussis et Simetierre ne déroge malheureusement pas à la règle. Pourtant, le film avait de quoi séduire : une base solide avec le roman de Stephen King, le film marquant de 1989 de Mary Lambert, et un duo de réalisateur prometteur (Kevin Kölsch et Dennis Widmyer), qui nous avait agréablement surpris avec leur premier film Starry Eyes. Et enfin, une bande-annonce alléchante.

Ayant découvert le film original pendant ma tendre enfance, il me restait qu’un très vague souvenir de celui-ci mis a part cette sensation d’avoir été captivé et effrayé par le film. Je partais donc avec un apriori positif, sachant pertinemment que la plupart des remakes souffrent de la comparaison avec leurs aînés. Qu’importe la comparaison, Simetierre est un film médiocre où l’ennui nous gagne rapidement. Et pour être sincère, à l’heure ou j’écris ces lignes, je garde déjà que très peu de souvenirs du film.

Celui-ci est pourtant doté d’un casting convaincant, avec Jason Clarke et Amy Seimetz dans le rôle des parents, ainsi que Jeté Laurence, leur fille, assez flippante en mort-vivant. Malgré la qualité de ces comédiens, les personnages n’échappent pas à un traitement sans relief et à une narration sans grande originalité, en particulier dans sa première partie.

Les tentatives d’approfondissement des personnages n’apportent que peu d’intérêt à l’intrigue. C’est le cas en particulier pour la mère de famille, traumatisée par la mort de sa sœur durant son enfance. On comprend ainsi sa réticence face à la conception de la mort, mais le film nous assène tout le long des flashs-back de l’accident, inutiles à la narration. Une narration qui d’ailleurs manque cruellement de cohérence. La volonté du voisin d’enterrer le chat dans le fameux cimetière, sachant pertinemment les risques que cela comporte, est difficilement plausible,  même si le film s’évertue à expliquer l’effet envoûtant du cimetière.

La seule scène marquante du film est probablement la scène de l’accident de voiture. Assez efficace dans sa tension dramatique.  L’aspect horrifique est fade, les jump scares sont poussifs (avec des sons tonitruants) et on ne ressent aucune sensation de malaise ou de frayeur.

Le plus déroutant est sûrement l’aspect visuel du cimetière, le nœud de l’histoire. Des VFX d’un kitch absolu, ou l’on craint constamment de voir le fond vert s’écrouler, accompagné d’une brume numérique atroce, digne du remake de The Fog. Ca pique les yeux !
Il faut reconnaître que Church, le chat, est plutôt bogoss, et ça c‘est de l’argument positif.
Apparemment, Lorenzo di Bonaventura, le producteur du film, serait intéressé pour lancer un prequel… Voilà voilà.

Pour conclure, Stephen King a apprécié le film, ce qui ne cessera de nous étonner vu que l’auteur aime les adaptations les plus nulles de ses romans et déteste les meilleures…

[vc_row][vc_column][vc_text_separator title="Synopsis"][vc_row_inner][vc_column_inner][vc_column_text]"Le docteur Louis Creed, sa femme Rachel et leurs deux jeunes enfants quittent Boston pour s'installer dans une région rurale du Maine. Près de sa maison, le docteur découvre un mystérieux cimetière caché au fond des bois. Peu après, une tragédie s’abat sur lui. Creed sollicite alors l'aide d'un étrange voisin, Jud Crandall. Sans le savoir, il vient de déclencher une série d’événements tragiques qui vont donner naissance à de redoutables forces maléfiques."[/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_text_separator title="Critique"][vc_row_inner][vc_column_inner][vc_column_text] [dropcap style="style1"]L[/dropcap]e succès phénoménal du remake de It, qui a réalisé l’un des meilleurs démarrages de l’histoire du film d’horreur, ne pouvait qu'entrainer dans son sillage d’autres tentatives de remakes espérant également tirer le gros lot. Quoi de plus commode en effet que de réactualiser certaines oeuvres du maître de la littérature horrifique, Stephen King. Une faible prise de risque pour un rendement maximal. Mais toutes les oeuvres de Stephen King ne se valent pas et certaines accusent le coup des années. Dès lors, une question nous effleure l’esprit : est-ce vraiment pertinent de réadapter Simetierre en 2019? Les remakes de films d’horreur sont rarement réussis et Simetierre ne déroge malheureusement pas à la règle. Pourtant, le film avait de quoi séduire : une base solide avec le roman de Stephen King, le film marquant de 1989 de Mary Lambert, et un duo de réalisateur prometteur (Kevin Kölsch et Dennis Widmyer), qui nous avait agréablement surpris avec leur premier film Starry Eyes. Et enfin, une bande-annonce alléchante. Ayant découvert le film original pendant ma tendre enfance, il me restait qu’un très vague souvenir de celui-ci mis a part cette sensation d’avoir été captivé et effrayé par le film. Je partais donc avec un apriori positif, sachant pertinemment que la plupart des remakes souffrent de la comparaison avec leurs aînés. Qu’importe la comparaison, Simetierre est un film médiocre où l’ennui nous gagne rapidement. Et pour être sincère, à l’heure ou j’écris ces lignes, je garde déjà que très peu de souvenirs du film. Celui-ci est pourtant doté d’un casting convaincant, avec Jason Clarke et Amy Seimetz dans le rôle des parents, ainsi que Jeté Laurence, leur fille, assez flippante en mort-vivant. Malgré la qualité de ces comédiens, les personnages n’échappent pas à un traitement sans relief et à une narration sans grande originalité, en particulier dans sa première partie. Les tentatives d'approfondissement des personnages n’apportent que peu d'intérêt à l’intrigue. C’est le cas en particulier pour la mère de famille, traumatisée par la mort de sa sœur durant son enfance. On comprend ainsi sa réticence face à la conception de la mort, mais le film nous assène tout le long des flashs-back de l’accident, inutiles à la narration. Une narration qui d’ailleurs manque cruellement de cohérence. La volonté du voisin d'enterrer le chat dans le fameux cimetière, sachant pertinemment les risques que cela comporte, est difficilement plausible,  même si le film s’évertue à expliquer l’effet envoûtant du cimetière. La seule scène marquante du film est probablement la scène de l’accident de voiture. Assez efficace dans sa…

4

10

NOTE

4

Note des internautes : 1.1 ( 22 votes)
4

Informations

Simetierre

Simetierre-film-horreur-fin-alternative

 

Date de sortie : 10 avril 2019 (1h 41min)

Réalisateurs :  Kevin Kölsch, Dennis Widmyer

Acteurs :  Jason Clarke, Amy Seimetz, John Lithgow…

Genre :  horreur

Pays d’origine : États-Unis

Lien IMDB

Lien Allociné

Krueger

Rédacteur en chef du site Au coeur de l'horreur et président de l'association, je suis un passionné du cinéma d'horreur sous toutes ses formes. Je dois bien avouer avoir un faible pour tout ce qui se rapporte au gore, aux gros nichons et au sanguinolent. Je reste néanmoins doté d'une sensibilité à toute épreuve.

Commentaires